L’Institut de l’UNESCO pour l’Éducation, précurseur de l’UIL, créé il y a 60 ans

Premier séminaire international sur l’éducation des adultes qui s’est tenu à l’IUE en 1952

Premier séminaire international sur l’éducation des adultes qui s’est tenu à l’IUE en 1952

Juin 2011 marque le 60e anniversaire de la première réunion du Conseil d’administration de l’Institut de l’UNESCO pour l’Éducation (IUE), précurseur de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie. Cette réunion s’est déroulée du 17 au 19 juin 1951 à Wiesbaden (Allemagne) en présence de Maria Montessori et de Jean Piaget. Les membres du Conseil d’administration y ont élaboré les statuts et désigné comme directeur le Professeur Walter Merck, titulaire de la chaire d’Éducation comparée à l’université de Hambourg.

C’est l’engagement de l’UNESCO envers l’Allemagne d’après-guerre, exprimé lors de la 5e Conférence générale tenue à Florence en juin 1950, qui aboutit à la création de l’Institut de l’UNESCO pour l’Éducation, ainsi que de deux autres instituts consacrés à la jeunesse et aux sciences sociales, tous deux fermés entretemps. L’IUE devait servir de vecteur pour promouvoir les droits fondamentaux et l’entente entre les peuples.

Au cours de ses premières années d’existence, l’IUE travaille sur un grand nombre de sujets allant de l’enseignement préscolaire à l’éducation des adultes, et de l’enseignement formel à l’éducation non formelle. Mais le tout premier séminaire international de l’Institut, intitulé « L’éducation des adultes : un moyen de créer et de renforcer la responsabilité sociale et politique », signale déjà son activité majeure : l’apprentissage des adultes.

Si l’IUE se concentre sur l’Europe au cours des 13 premières années, il se réoriente pour se tourner vers les pays en développement à la suite de la décision de la Conférence générale de l’UNESCO en 1965 d’inclure dans le Conseil d’administration de l’IUE des représentants de toutes les régions mondiales. Ce remaniement devient pleinement opérationnel dans les années 1980 lorsque l’IUE entame des activités mondiales de post-alphabétisation et d’éducation continue.

À la suite de la publication en 1972 du rapport Faure Apprendre à être, l’apprentissage tout au long de la vie est devenu, et l’est resté jusqu’à aujourd’hui, le fil conducteur du travail de l’Institut.

L’IUE atteint son apogée avec la conceptualisation et l’organisation de la cinquième Conférence internationale sur l’éducation des adultes (CONFINTEA V), tenue à Hambourg en 1997. CONFINTEA V marque un tournant dans la reconnaissance et l’engagement à l’échelle mondiale en faveur de l’apprentissage des adultes et de l’éducation non formelle. CONFINTEA VI, tenue au Brésil en 2009, s’est appuyée sur cette conception holistique de l’apprentissage des adultes et de l’éducation non formelle envisagés dans une perspective couvrant tous les aspects et toutes les phases de la vie, et a arrêté des mesures concrètes afin de transposer cette vision en actes tangibles.

En 2007, l’Institut est transformé de fondation de droit civil allemand en institut international de l’UNESCO à part entière. Un accord de siège est négocié entre le Gouvernement allemand, l’UNESCO et la Ville libre et hanséatique de Hambourg, où l’Institut réside depuis 1951. Elle met aujourd’hui à sa disposition la villa historique Albert Ballin située dans la Feldbrunnenstrasse. Ce changement de statut juridique s’effectue après que l’IUE a été rebaptisé en 2006 en Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie. Ce nouveau nom reflète la spécialisation de longue date de l’Institut en apprentissage des adultes ainsi qu’en éducation hors école et non formelle dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie.

Récemment, Arne Carlsen du Danemark a été nommé directeur de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie, succédant à Adama Ouane du Mali, en fonction de 2000 à 2011. Les directeurs précédents de l’IUE étaient : Walther Merck, Allemagne (1951 à 1955) ; Alv G. St. Langeland, Norvège (1955 à 1958) ; Hans Wenke, Allemagne (1958 à 1959) ; Saul B. Robinsohn, Allemagne/Israël (1959 à 1963) ; Gustaf Ögren, Suède (1964 à 1967) ; Tetsuya Kobayashi, Japon (1968 à 1972) ; Dino Carelli, Argentine (1972 à 1979) ; Ravindra Dave, Inde (1979 à 1989) et Paul Bélanger, Canada (1989 à 1999).

L’Institut est profondément reconnaissant envers tous ses partenaires et organismes de parrainage qui ont soutenu son travail au fil des années, en particulier l’UNESCO, la Ville libre et hanséatique de Hambourg, le ministère allemand des Affaires étrangères, les Gouvernements du Brésil, du Canada, du Danemark, du Nigéria, de la Norvège et de la Suède, la Direction suisse du développement et de la coopération (DDC) et l’Union européenne.

L’UIL est l’un des six instituts de l’UNESCO spécialisés dans l’éducation. Il se consacre à la promotion des politiques et pratiques d’apprentissage tout au long de la vie en donnant la priorité à l’éducation des adultes, l’alphabétisation et l’éducation non formelle.