Accueil

Vers de nouveaux indicateurs mondiaux d’alphabétisme et de numératie

13 novembre 2018

© UNESCO

La cinquième rencontre de l’Alliance mondiale pour le suivi de l’apprentissage (GAML, sigle anglais), coordonnée par l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU), s’est tenue à Hambourg les 17 et 18 octobre. Les délégués, parmi lesquels figuraient des représentants de plus de 20 pays en développement, ont partagé les progrès accomplis et ont examiné les propositions relatives à l’amélioration de la mesure des cibles et indicateurs de l’Objectif de développement durable (ODD) 4 qui mettent l’accent sur les résultats d’apprentissage (Cibles 4.1, 4.2, 4.4, 4.6 et 4.7).

Le groupe de travail 4.6, co-dirigé par l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL) et l’OCDE, est chargé de développer des propositions de cadres de mesure permettant de piloter les progrès accomplis vers la réalisation de la Cible 4.6 de l’ODD 4 sur l’alphabétisation des jeunes et des adultes, en particulier de l’indicateur 4.6.1: « Pourcentage de la population d’une tranche d’âge donnée atteignant au moins un certain niveau de maîtrise de compétences fonctionnelles en matière (a) de lecture et d’écriture et (b) de calcul, par sexe ».

Tandis que plusieurs mesures nationales et internationales de l’alphabétisme des adultes existent, l’indicateur mondial 4.6.1 soulève de nouveaux défis. La comparabilité des mesures de l’alphabétisme et de la numératie qui sont actuellement utilisées dans les différents pays pose problème à cause de la diversité des mesures, des définitions de l’alphabétisme et de la numératie et des instruments d’évaluation. Alors qu’il existe de solides évaluations dans les pays à revenu élevé et à revenu moyen supérieur, élaborer des instruments similaires pour tous les autres pays demeure une gageure pour ce qui est de la méthodologie, du financement et des capacités.

Lors de la réunion, l’UIL a formulé des propositions de cadres mondiaux conceptuels et substantiels et d’échelles de rapport, et des niveaux fixes de compétences minimales tant pour l’alphabétisme que pour la numératie ont été développés par deux groupes d’experts institutionnels, établis par l’UIL en collaboration avec l’OCDE. Outre des cadres de mesure et de rapport comparables au niveau mondial, les experts ont recommandé l’élaboration d’une stratégie à long terme comprenant la mise en place d’un pool d’items clés pour de courts modules d’évaluation de l’alphabétisme et de la numératie qui se concentreraient sur les faibles niveaux de compétences, et permettraient aux pays d’y ajouter leurs propres items contextualisés.