Accueil

L’heure est venue ! De jeunes femmes des zones rurales à la tête d’une réforme éducative

7 mars 2018

« L’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes » tel est le thème de la Journée internationale des femmes (IWD), qui sera célébrée le 8 mars 2018 dans le monde entier.

Les femmes de la planète rencontrent de nombreux obstacles qui les empêchent de mieux vivre. Pour les jeunes femmes des zones rurales par exemple, ces défis sont liés à des contextes socio-économiques et culturels. Souvent, elles disposent d’un accès limité aux opportunités d’éducation et de formation et doivent mettre au point des stratégies innovantes pour exprimer leurs préoccupations afin d’avoir un impact sur les politiques d’éducation et de veiller à ce qu’elles soient guidées par le principe fondamental de l’égalité entre les sexes.  

Ceci explique pourquoi des jeunes femmes des zones rurales en Inde, Indonésie et aux Philippines participent à un projet de recherche-action élaboré par l’Association Asie Sud-Pacifique pour l'éducation de base et des adultes (ASPBAE) et l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL). Le projet leur confère les aptitudes et compétences requises pour chercher les éléments probants qui leur permettront d’informer les réformes éducatives dans leurs communautés.  Cette initiative permet à des jeunes femmes des zones rurales de continuer d’apprendre, d’accroître leurs moyens de subsistance et d’améliorer la santé de leurs familles.  

Jusqu’à ce jour, le projet intitulé Recherche-action comme outil d’apprentissage pour transformer les vies des jeunes femmes, en vigueur depuis 2016, a contribué à transformer les vies de quelque 100 jeunes femmes dans les trois pays cités plus haut.  Les participantes sont préparées et formées pour pouvoir mener la recherche-action dès sa phase initiale, ce qui va de la conception des questions de recherche au partage des résultats de recherche avec les dirigeants des communautés et les responsables de l’éducation au niveau du district. Les femmes reçoivent une formation aux techniques de l’interview, à l’analyse des contextes communautaires, à la rédaction et à la prise de parole en public. Combinées, ces compétences les aident à identifier les défis et opportunités liés à l’amélioration de leur éducation et à partager les résultats obtenus avec les acteurs pertinents de façon à amener des changements bénéfiques. Un exemple positif est fourni par l’Inde où des jeunes femmes de cinq villages dans les districts de Nashik et Dhule ont élaboré la « Charte Shodhini des revendications ». Cette charte appelle à un accès sûr et inclusif aux écoles et universités des villages environnants, à une formation à l’acquisition de moyens de subsistance pour les filles, et à une tolérance zéro vis-à-vis de la violence et du harcèlement.

Les résultats positifs de cette approche de recherche-action pilote menée par des jeunes a encouragé les bonnes pratiques dans d’autres pays : davantage de communautés en Inde et aux Philippines, ainsi que des partenaires de la société civile au Cambodge, en République démocratique populaire lao, en Mongolie, au Népal, au Timor-Leste et Vanuatu appliquent également cette approche dans la conception de réformes éducatives.

Pour marquer la Journée internationale des femmes 2018, les facilitateurs et participantes du projet ASPBAE-UIL ont diffusé leurs messages dans le monde entier soulignant l’urgence de changements positifs. Pour voir la vidéo, prière de cliquer ici.

Pour plus amples informations sur le projet, veuillez contacter uil-lbs@unesco.org.