Accueil

Apprentissage tout au long de la vie pour les jeunes et les adultes aux Caraïbes : des mots aux actions

4 juillet 2016

Venus de dix-sept pays des Caraïbes, des ministres de l’éducation, des représentants des ministères concernés, des spécialistes de l’éducation et des représentants de la société civile se sont rassemblés à Montego Bay en Jamaïque à l’occasion d’une importante rencontre sous régionale sur l’apprentissage et l’éducation des jeunes et des adultes. Le but de cette rencontre ministérielle de deux jours, du 30 juin au 1er juillet 2016, était de suivre la mise en place des actions décidées en 2009 lors de la Sixième Conférence internationale sur l’éducation des adultes (CONFINTEA VI) à Belém, au Brésil. Les participants ont assuré l’engagement de leurs pays à faire de l’apprentissage tout au long de la vie « un sujet incontournable, et non facultatif ». Ils ont convenu du développement de politiques et de stratégies adaptées au contexte, destinées à relever les défis rencontrés spécifiquement par la sous-région des Caraïbes en ce qui concerne l’apprentissage et l’éducation.

« Nous devons développer une culture de l’éducation et de l’apprentissage pour chacun afin de pouvoir avancer tous ensemble », a affirmé l’honorable Ruel Reid, ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et de l’Information de Jamaïque lors de son discours d’ouverture.

Il s’agit de la première réunion des États des Caraïbes concernant le suivi de la CONFINTEA VI. Cette rencontre a été organisée en réponse aux États caribéens, qui demandaient un cadre et des politiques pour l’éducation et l’apprentissage des adultes et des jeunes qui correspondraient à leurs besoins spécifiques. Cette rencontre a été organisée par l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL), en collaboration avec la Fondation pour l’apprentissage tout au long de la vie de la Jamaïque, avec l’antenne de l’UNESCO de Kingston et avec le Ministère jamaïcain de l’Éducation. Elle a également reçu le soutien du Bureau régional d’éducation pour l’Amérique latine et les Caraïbes de l’UNESCO (OREALC). Les membres de l’UNESCO suivants ont participé à cette rencontre : Antigua-et-Barbuda ; les Bahamas ; la Barbade ; le Belize ; la Dominique ; la Grenade ; la Guyane ; la Jamaïque ; Saint-Christophe-et-Niévès ; Sainte-Lucie ; le Surinam ; Saint-Vincent-et-les-Grenadines ; et Trinité-et-Tobago. Ont également participé les membres associés de l’UNESCO suivants : Anguilla ; les Îles Vierges britanniques ; Curaçao ; Montserrat ; et Saint-Martin.

En se basant sur les cinq domaines d’action détaillés dans le Cadre d’action de Belém (politiques, gouvernance, financement et participation, inclusion et équité, et qualité), les participants de la rencontre ont adopté un projet de liste de priorités qui sera envoyé aux gouvernements des dix-sept pays participants pour leurs observations et leur approbation. Le but est de mettre en place un cadre de politiques communes pour les pays des Caraïbes, dont la plupart ne dispose pas des instruments légaux pour l’application des principes de l’apprentissage tout au long de la vie dans le domaine de l’apprentissage et de l’éducation des jeunes et des adultes.

« L’UIL va travailler avec ces pays (…) à construire une Alliance caribéenne pour l’alphabétisation dans le cadre de l’apprentissage tout au long de la vie, qui fera partie de l’Alliance mondiale pour l’apprentissage tout au long de la vie (GAL) » a annoncé Arne Carlsen, Directeur de l’UIL lors de sa conclusion. M. Carlsen a jouté que l’UIL travaillerait également avec les pays de la région des Caraïbes pour « mettre en place un réseau caribéen de villes apprenantes qui ferait partie du Réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO. L’UIL va fournir des services de recherche pour aider à mettre en commun les politiques et les stratégies nationales des gouvernements pour le nouveau Programme 2030 de développement durable ».