Accueil

Un examen collectif du pouvoir de l’apprentissage et l’éducation des adultes dans le monde

5 octobre 2017
Bilan à mi-parcours de la CONFINTEA VI 2017

Le pouvoir de l’apprentissage et l’éducation des adultes (AEA) ne peut se déployer pleinement qu’à travers le partage d’une vision au niveau mondial. L’AEA est dynamique et en dépit d’une attention grandissante portée à l’acquisition de compétences de base en alphabétisme et numératie au cours de ces dernières décennies, les développements récents en matière de politique reflètent une appréhension plus large de la valeur et de l’utilité de l’apprentissage et l’éducation des adultes. Pour parvenir à un monde plus inclusif et pérenne, il convient d’établir un bilan des progrès accomplis jusqu’ici dans le domaine de l’AEA et de trouver les moyens de faire face aux principaux défis tout en tenant compte du contexte local et régional.

Créer un espace pour le dialogue

C’est l’objectif que poursuit la CONFINTEA, la Conférence internationale sur l’éducation des adultes (CONFINTEA), qui s’est tenue pour la première fois en 1949 à Elseneur, au Danemark. Les conférences suivantes (1960 à Montréal, Canada ; 1972 à Tokyo, Japon ; 1985 à Paris, France ; 1997 à Hambourg, Allemagne ; et 2009 à Belém, Brésil) ont toutes considérablement contribué à faire avancer l’AEA au niveau mondial. La CONFINTEA VI de 2009, la sixième Conférence internationale sur l’éducation des adultes à Belém au Brésil a abouti à l’adoption du Cadre d’action de Belém (BFA) par les 144 Etats membres de l’UNESCO. Le Cadre d’action se voulait être un document d’orientation permettant aux Etats membres d’exploiter le pouvoir et le potentiel de l’AEA pour le bénéfice de toutes et tous et a identifié cinq domaines clés autour desquels doivent s’articuler les progrès à accomplir : politiques ; gouvernance ; financement ; participation, inclusion et équité ; et qualité.

Évaluer les progrès : où en est l’AEA ?

Compte tenu des changements rapides qui caractérisent notre monde, il est impératif d’établir un bilan régulier de la mise en œuvre de l’apprentissage et l’éducation des adultes sur la planète.  Il est temps de conjuguer à nouveau nos efforts, en l’occurrence en participant au Bilan à mi-parcours de la CONFINTEA VI. Ce bilan intervient huit ans après la mise en œuvre du Cadre d’action de Belém (2009) et vise à passer en revue les résultats obtenus depuis et les défis qui restent à relever. Ce bilan a lieu à un moment critique et opportun étant donné qu’il constitue la première rencontre de ce type depuis l’adoption en 2015 du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et du Cadre d’action Éducation 2030 connexe. La Recommandation sur l’apprentissage et l’éducation des adultes (RALE) a également été adoptée en 2015 par la Conférence générale de l’UNESCO, remplaçant de fait le document d’origine intitulé Recommandation sur le développement de l’éducation des adultes, adopté en 1976 et connu   sous le nom de Déclaration de Nairobi.

Aller de l’avant : 2030 et au-delà

L’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL), l’entité de l’UNESCO à qui incombe la responsabilité de piloter le Cadre d’action de Belém, s’est acquitté de sa tâche à travers la publication du Rapport mondial sur l’apprentissage et l’éducation des adultes (GRALE). À ce jour, trois rapports publiés en 2010, 2013 et 2016, ont brossé un tableau de la situation de l’AEA dans le monde sur la base des analyses des rapports nationaux, de données fournies par des enquêtes, d’études relatives aux politiques et d’études de cas. Les rapports GRALE ont également énoncé des recommandations relatives aux politiques et fourni des exemples de bonnes pratiques.

Le Bilan à mi-parcours, qui aura lieu en République de Corée du 25 au 27 octobre 2017, procédera à un examen critique des progrès accomplis par rapport aux engagements pris en 2009 afin de créer davantage d’opportunités pour les jeunes et les adultes dans le monde et ainsi d’édifier des sociétés au sein desquelles moins d’adultes seront dépourvus des compétences adéquates d’alphabétisme et de numératie.

Bilan à mi-parcours de la CONFINTEA VI 2017