Accueil

Faire la lumière sur l'apprentissage et l'éducation des adultes dans la région Asie et Pacifique

12 décembre 2016

C'est lors d'une cérémonie thaïlandaise qu'a été lancé le troisième Rapport mondial sur l’apprentissage et l’éducation des adultes (GRALE III) dans la région Asie et Pacifique, tandis que les participants ont allumé des bougies pour symboliser l’éclairage qu'a apporté ce rapport sur la question cruciale de l'apprentissage et de l'éducation des adultes (ALE). L'évènement de lancement a eu lieu du 24 au 26 novembre 2016, à Bangkok en Thaïlande, dans le cadre d'un Forum politique sur l'apprentissage et l'éducation des jeunes et des adultes, organisé conjointement par le Conseil international d’éducation des adultes (ICAE),  par l’Association Asie Sud-Pacifique pour l’éducation de base et des adultes (ASPBAE), par l’Institut de coopération internationale de la Confédération allemande pour l’éducation des adultes (DVV International), par l'UNESCO de Bangkok et par l'Institut de l'UNESCO pour l'apprentissage tout au long de la vie (UIL). Plus de 100 participants, représentant des gouvernements, des organisations de la société civile, des agences donatrices ou d'autres acteurs issus de 26 pays, se sont réunis lors de ce lancement.

Des progrès mitigés en matière d'AEA pour la région Asie et Pacifique

Les constatations du GRALE III s'appuient sur une large enquête à laquelle ont répondu 139 pays, dont 28 pays d'Asie et du Pacifique (parmi les 49 qui composent cette région). Le rapport montre que les progrès dans cette région restent mitigés en dépit des efforts des pays pour améliorer leurs politiques et leurs pratiques en matière d'AEA depuis l’adoption du Cadre d'action de Belém de 2009, ce qui témoigne du besoin de consolider les investissements en faveur de l’AEA. Les données pour cette région montrent plus précisément que :

  • 456 millions d'adultes dans la région Asie et Pacifique ne sont pas alphabétisés.
  • 40 % des pays de la région Asie et Pacifique ont développé un cadre politique de reconnaissance, de validation et de certification (RVC) après 2009, mais 24 % d’entre eux n'ont toujours aucune politique de RVC.
  • 47 % des pays d'Asie et du Pacifique disent allouer moins de 1 % de leur budget de l'éducation à l'AEA.

89 % des pays de l'Asie et du Pacifique fournissent une formation initiale et continue aux éducateurs et aux animateurs en AEA.

Mettre en œuvre l'Objectif 4 de développement durable et le Programme à l'horizon 2030

Le lancement du GRALE III et le Forum politique ont également apporté des opportunités appréciables pour étudier les défis posés par la mise en œuvre de l'Objectif 4 de développement durable (ODD 4) en matière d'éducation. 

En s'appuyant sur le rapport de l'UNESCO Repenser l'éducation, qui a également été présenté par l'équipe de l'UIL lors du lancement, les participants se sont accordés sur le fait que les responsables de la région ont besoin de regarder au-delà de l'alphabétisation et de la numératie pour travailler à la réalisation des objectifs d'éducation. Lors du débat, quatre points principaux ont été identifiés comme essentiels pour la compréhension de l'éducation comme bien commun : égalité, responsabilité, transparence et confiance.

Les participants ont également parlé du besoin des pays de :

  • protéger le droit à l'éducation ;
  • réaffirmer les méthodes non formelles d'éducation ;
  • améliorer les environnements de l'apprentissage ;
  • promouvoir les approches multipartites, en particulier celles qui impliquent la société civile dès le départ.

Les représentants du Bengladesh, de l'Inde et de la Thaïlande se sont joints à une discussion dirigée par les spécialistes de l'UIL portant sur le lien entre l'AEA et la santé. Comme précisé dans le GRALE III, l'AEA peut générer un environnement dans lequel des opportunités en matière de santé peuvent être offertes à tous, pour des individus en meilleure santé et des sociétés plus saines. Les participants se sont accordés sur le besoin de la promotion d'une approche solide, intersectorielle et globale, qui exige un travail commun entre les secteurs, et poussée par le besoin urgent de partenariats plus étroits. Cela contribuera à favoriser la santé et le bien-être et à réaliser les ODD.

Case studies

Related Publications

Related Document

Related Content