Accueil

Progrès et potentiel : l'apprentissage et l'éducation des adultes dans les États arabes

7 mars 2017
Lancement du troisième Rapport mondial sur l'apprentissage et l'éducation des adultes en version arabe

Le développement de l'apprentissage et de l'éducation des adultes dans les États arabes est essentiel.  La région des pays arabes a accompli des progrès importants bien qu'inégaux au cours des dernières années. Beaucoup d'États souffrent d'instabilité politique, ce qui pèse lourdement sur l'éducation. On estime que 51 millions d'adultes manqueraient de compétences satisfaisantes en lecture et en écriture dans cette région. Chaque année, de plus en plus d'enfants quittent l'école sans les compétences suffisantes pour trouver un emploi décent.

Les partenaires régionaux se sont rassemblés les 7 et 8 février à Rabat au Maroc pour le lancement du troisième Rapport mondial sur l'apprentissage et l'éducation des adultes (GRALE III), afin de se pencher en particulier sur les données concernant les États arabes. Grâce au travail de traduction du Bureau de l'UNESCO de Beyrouth, le rapport est aujourd'hui disponible en arabe, et ceci afin de favoriser le dialogue entre les partenaires arabophones sur l'AEA, à la fois dans la région et dans le monde entier.

Le directeur de l'UIL, M. Arne Carlsen, a partagé au cours de son discours liminaire quelques données encourageantes du GRALE III, soulignant que 67 % des États arabes déclarent avoir considérablement amélioré leurs politiques en matière d'AEA depuis 2009, et que 92 % d'entre eux observent que l'AEA a été amélioré grâce à la formation initiale et continue des enseignants. Malgré ces changements positifs, M. Carlsen a insisté sur le fait que seuls 13 pays de la région ont répondu à l'enquête du GRALE, et a donc lancé un appel à continuer les efforts pour améliorer la qualité des données portant sur l'AEA dans la région.

Cette réunion a également été l'occasion d’indiquer trois pistes à suivre pour que l'apprentissage et l'éducation des adultes puissent atteindre tout leur potentiel au sein des États arabes. Tout d'abord, les décideurs politiques doivent mettre en œuvre en matière d'AEA des politiques plus globales, intersectorielles, et en relation plus étroite avec le marché du travail. Fait encourageant, les pays de cette région reconnaissent tout l'intérêt de l'AEA : 75 % d'entre eux s'accordent à dire que l'AEA a des effets positifs dans le domaine de la santé, alors que 88 % cent affirment que les programmes d'alphabétisation aident à développer les valeurs démocratiques.

Ensuite, il faut que les partenaires de la société civiles soient plus souvent impliqués pour aider à façonner les politiques et les programmes en matière d'AEA. Les participants ont partagé leurs expériences menées en Égypte et au Liban, pays où la société civile a joué un rôle central pour la promotion de l'autonomisation sociale et économique des femmes ainsi que pour la formation des facilitateurs en AEA.

Dernier point, la collaboration régionale et internationale est cruciale. Dans ce contexte, les participants se sont accordés à dire que plus de pays devaient participer à la prochaine édition du GRALE. Ils ont également appuyé la révision du glossaire de l'AEA pour les États arabes ainsi que la création du nouveau Portail arabe pour l'alphabétisation. Les progrès accomplis dans cette région seront communiqués lors du bilan à mi-parcours de la CONFINTEA VI qui doit avoir lieu en République de Corée du 25 au 27 octobre 2017.

L'évènement de Rabat a été organisé conjointement par l'Organisation islamique pour l'Éducation, les Sciences et la Culture (ISESCO), le Bureau régional de l'UNESCO à Beyrouth, et le Bureau de l'UNESCO à Rabat.

Lancement du troisième Rapport mondial sur l'apprentissage et l'éducation des adultes en version arabe