Accueil

Acquérir des compétences de base en détention, Norvège

  • Date published:
    20 décembre 2016

Présentation du programme

Titre Acquérir des compétences de base en détention
Organisation chargée de la mise en œuvre Vox, l’Agence norvégienne pour l’apprentissage tout au long de la vie
Langue d’enseignement Norvégien
Financement Vox et institutions gouvernementales
Partenaires Prison de Bastoy et Lycée de Horton
Date de création 2009

Contexte national

Les données démographiques de la Norvège révèlent des niveaux d’alphabétisme et de numératie parmi les plus élevés des pays industrialisés. En 2013, une étude de l’OCDE sur les compétences des adultes classait la Norvège sixième en alphabétisme et cinquième en compétences mathématiques sur 22 pays développés. Toutefois, une part importante des adultes norvégiens a un niveau faible dans ces deux domaines, avec 12 pour cent qui ne dépassent pas le Niveau 1 en alphabétisme, et 15 pour cent atteignant tout au plus le Niveau 1 en numératie (OCDE, 2012b).

La Norvège fait aussi partie des pays les plus avancés en termes d’offre de services de réinsertion aux détenus. En 1998, le ministère norvégien de la Justice a orienté ses services correctionnels vers la réhabilitation des prisonniers en leur proposant éducation, formation professionnelle et thérapie. Mieux, en 2007, le ministère a étendu ses efforts de réinsertion en aidant les détenus à trouver un logement et du travail après la prison. En plus, les prisons norvégiennes appliquent un régime de service correctionnel appelé « sécurité dynamique », qui cherche à établir des rapports interpersonnels entre personnel pénitentiaire et détenus en vue de promouvoir la réinsertion des prisonniers. À ce jour, l’option de réinsertion porte ses fruits, la Norvège ayant maintenant un taux de récidive inférieur à 30 pour cent, soit le plus faible d’Europe (Benko, 2015).

Le complexe pénitentiaire de Bastoy, au sud d’Oslo, est un exemple de l’option de réhabilitation choisie par le gouvernement. Connue pour son approche sociale des services correctionnels, la prison de Bastoy affiche le plus faible taux de récidive d’Europe, avec 16 pour cent, en donnant aux prisonniers emploi, éducation et formation, et en les traitant avec respect et équité (James, 2013). Le programme Acquérir des compétences de base en détention, initié par Vox dans le cadre des services d’éducation carcérale de Bastoy, a été répliqué par la suite à l’ensemble des grandes prisons de la Norvège. En effet, Acquérir des compétences de base en détention est une composante importante des efforts du gouvernement visant à réinsérer les prisonniers et réduire les cas de récidive.

Présentation du programme

D’abord mis en œuvre en 2009, Acquérir des compétences de base en détention est le premier de 14 programmes d’éducation carcérale financés par l’Agence norvégienne pour l’apprentissage tout au long de la vie (Vox) pour relever les niveaux d’alphabétisme et de numératie des prisonniers en Norvège. Il avait pour objectif principal d’améliorer le niveau d’éducation des détenus en promouvant une collaboration étroite entre l’école de la prison de Bastoy et les ateliers proposés aux détenus. En tant que programme pilote, il lui était assigné l’objectif supplémentaire de comprendre comment enseigner au mieux l’alphabétisation dans un environnement carcéral.

Le programme comprenait des cours d’écriture, de lecture et de calcul, animés à la fois par des enseignants et le personnel pénitentiaire sur une période de quatre mois. En adoptant une approche d’enseignement participative et en mettant l’accent sur des devoirs liés au travail et au quotidien des prisonniers, les animateurs ont su relever le niveau des participants, mieux préparer les détenus à la vie postcarcérale et stimuler leur assurance et leur estime personnelle.

Buts et objectifs

Le programme visait les objectifs suivants :

  • Améliorer les niveaux de lecture, d’écriture et de calcul des détenus participants.
  • Apprendre comment les détenus utilisent les textes et les devoirs.
  • Comprendre comment pousser les détenus à améliorer leurs niveaux d’alphabétisme et de numératie.
  • Développer les compétences fonctionnelles des participants et leur aptitude à comprendre les mathématiques.
  • Renforcer l’estime personnelle et l’assurance des détenus.
  • Améliorer les chances d’emploi des détenus après la prison.

Mise en œuvre du programme

Le programme a débuté au printemps 2009 et a duré quatre mois. Les détenus avaient cours trois jours par semaine, dont un pour la lecture, un pour l’écriture et un pour le calcul. Les cours duraient de 9h à midi. L’animateur principal du programme était un enseignant à l’école de la prison de Bastoy, qui a travaillé en étroite collaboration avec le personnel pénitentiaire responsable des ateliers. Le programme a coopéré avec un certain nombre d’ateliers organisés dans différents secteurs de la prison, tels que l’étable, la cuisine, l’espace de travail pour la poterie et le textile et le magasin de la prison.

Recrutement et identification des besoins des apprenants

Les animateurs ont choisi huit participants pour le cours de lecture et écriture et cinq apprenants pour le cours de calcul parmi environ 115 détenus de la prison de Bastoy. Ce choix s’est fait sur la base d’un tri préliminaire, mais les détenus sont libres de ne pas participer au programme après avoir été retenus. Les expériences antérieures et la vie quotidienne des détenus participants ont aidé à identifier les besoins d’apprentissage. En particulier, l’évaluation de ces besoins s’est appuyée sur trois principes directeurs :

  • Le curriculum doit avoir un rapport direct avec les expériences de la vie précarcérale des détenus.
  • Le curriculum doit avoir un lien direct avec la vie quotidienne en prison.
  • Le participant doit être en mesure d’utiliser et de retenir les compétences acquises.

Enseignement et apprentissage : approches et méthodes

Les animateurs d’Acquérir des compétences de base en détention ont mis l’accent sur une approche d’enseignement personnalisée qui tient compte des besoins de chaque apprenant. La première composante de cette approche sur mesure consiste à s’assurer que les détenus participants manifestent un sens de l’initiative en exprimant leurs besoins d’apprentissage et en apportant les supports pour lesquels ils veulent se faire aider. Par exemple, on les a aidés à établir les horaires d’alimentation du bétail de l’étable et à instaurer des règles pour la cuisine. De même, les enseignants ont tenu à les impliquer activement dans le processus d’apprentissage en les organisant en petits groupes de travail, de dialogue et de discussion. En outre, le programme s’est appuyé sur les objectifs de compétence de Vox pour la lecture, l’écriture et le calcul, qui permettent à l’enseignant d’adapter les objectifs d’apprentissage aux besoins et acquis de départ de chaque apprenant.

Les objectifs de compétence pour la lecture et le calcul correspondent à trois niveaux de développement de l’alphabétisme. Chaque niveau comprend des objectifs pour la lecture et la compréhension, l’écriture et la communication, mais aussi des stratégies de base pour la lecture et l’écriture. De même, le cours de calcul repose sur les objectifs de compétence de Vox pour la numératie, qui englobent trois niveaux de savoir-faire : nombres, mesure et statistique. En achevant le troisième niveau avec succès, l’apprenant aura acquis un savoir équivalant au brevet d’études moyennes. Après avoir évalué le parcours et le niveau de connaissances du participant, les enseignants de la prison de Bastoy articulent l’enseignement autour des Niveaux d’alphabétisme 1 et 2.

Niveaux d’alphabétisme Description
1 Le Niveau 1 correspond aux individus très peu alphabétisés, qui ont du mal à comprendre des textes ou instructions simples.
2 Ces individus s’en sortent avec les textes simples, mais ont du mal à lire et comprendre un roman.
3 Les individus ayant ce niveau d’alphabétisme savent faire face aux exigences de la vie courante et professionnelle et sont suffisamment alphabétisés pour réussir au lycée et aller à l’université.
4-5 Ces niveaux correspondent à des individus dotés de capacités élevées de traitement de l’information.

Source: Vox

Contenu

Cours de lecture et écriture

Le contenu du cours était composé de tâches, d’exercices d’écriture et de discussions applicables au quotidien des participants. Par exemple, l’enseignant les a aidés lorsqu’ils ont voulu écrire aux autorités de la prison de Bastoy. De même, ils ont bénéficié de ce soutien pour rédiger lettres personnelles, CV et demandes d’emploi. En outre, l’enseignant a assisté les participants qui assumaient un rôle spécifique dans la prison. Par exemple, il les a aidés à formuler des notes et à faire des listes pour des tâches telles que sortir les ordures, faire le ménage et acheter du café. De plus, les participants se sont exercés à écrire à l’aide d’un clavier d’ordinateur et ont appris à utiliser Microsoft Word.

Un élément central du programme a été les tâches pour le lieu de travail conçues conjointement par les gardes et l’enseignant. Les gardes chargés du service de nettoiement, de la cuisine et des tables de la prison et de l’étable donnent aux participants des devoirs de lecture et d’écriture liés à leur travail. Après avoir fait leurs devoirs au brouillon, les participants en préparent une version finale en classe avec l’aide de l’enseignant. Mieux, avec les devoirs liés au lieu de travail, l’apprentissage s’est étendu de la classe à l’ensemble de la journée de travail des participants en intégrant divers exercices de lecture et écriture à leurs activités habituelles. Par exemple, il a été demandé à des détenus d’écrire des factures ou des ébauches de listes et d’instructions.

Au fil du temps, les participants assument des tâches d’écriture plus complexes, précédemment dévolues aux gardes. Celles-ci incluent la prise de notes lors des réunions, la rédaction de rapports, la création d’horaires de travail, la révision d’instructions et la formulation de règlements spécifiques pour le lieu de travail. Toutefois, pour des raisons de qualité et de sécurité, l’administration pénitentiaire n’autorisait pas les participants à travailler sur certains documents importants, tels que les formulaires de contrôle qualité et d’auto-déclaration.

Par la suite, l’enseignant utilisait les devoirs liés au lieu de travail pour expliquer comment lire et écrire différents types de textes. En regardant leurs copies, les participants arrivaient à discuter de syntaxe, d’orthographe, de mots-clés et de techniques de prise de notes tout en améliorant leur compréhension de l’usage des différents types de textes.

Cours de calcul

Le cours de calcul enseignait les opérations mathématiques utiles pour la vie quotidienne des prisonniers. Les concepts mathématiques enseignés en classe s’alignaient sur les objectifs de compétence de Vox et incluaient les nombres entiers, les quatre principales opérations d’arithmétique, le calcul mental et les pourcentages. En plus, avec l’utilisation du tableur Excel, les détenus ont appris à gérer leurs finances personnelles.

Supports d’enseignement

L’informatique a joué un rôle central tout au long du programme. Chaque participant avait accès à un ordinateur portable, qu’il pouvait utiliser en classe et pendant les heures de loisir pour faire ses devoirs. L’ordinateur contenait aussi des logiciels éducatifs pour l’orthographe, la musique et les films. Les participants inscrits au cours de calcul utilisaient Excel et des calculatrices pour améliorer leur niveau. On les encourageait aussi à jouer à The Quest for Ada (A la recherche d’Ada) pendant leur temps libre, puisque ce jeu informatique les amène à s’exercer à lire, écrire et calculer. Bastoy étant une prison de sécurité normale, les participants ont accès à internet. Ce service n’est pas disponible pour les détenus des prisons de haute sécurité.

This picture shows women working in a prison’s kitchen while learning basic skills. Here the focus is on mathematics and oral skills.

Cette image montre des femmes au travail dans la cuisine d’une prison tout en apprenant des compétences de base. Ici, il s’agit de compétences mathématiques et orales.

Suivi et évaluation

L’évaluation des apprenants s’est faite à l’aide d’une enquête qui posait aux participants trois questions après chaque session de formation :

  • Qu’avez-vous appris aujourd’hui ?
  • Avez-vous buté sur quelque chose en particulier ?
  • Y a-t-il quelque chose que vous n’avez pas compris ?

Ce feedback direct a permis à l’enseignant d’évaluer les acquis des élèves et le rythme d’apprentissage et d’adapter, en conséquence, le rythme d’enseignement et le contenu.

Impact et défis

Impact et réalisations

Le renforcement des niveaux d’alphabétisme et de numératie et la promotion de la motivation et de l’assurance personnelle des participants ont été les principaux résultats du programme. Ses résultats spécifiques incluent les suivants :

  • En moyenne, les participants ont relevé leur niveau d’alphabétisme de 25 pour cent pendant la durée du programme.
  • Les participants ont exprimé leur détermination à poursuivre l’apprentissage après avoir pris conscience des effets positifs et des opportunités qu’offre un meilleur niveau d’alphabétisme et de numératie. De plus, les participants purgeant de longues peines ont demandé à continuer d’avoir accès aux ordinateurs et à des formations plus avancées durant leur séjour.
  • Les devoirs liés au travail, comme la rédaction d’instructions et les tâches de routine, ont réduit la charge de travail des gardes et eu un impact positif direct sur l’environnement de travail. Cela a renforcé l’assurance des détenus, amélioré les flux de travail et servi de motivation pour faire d’autres devoirs.
  • L’apprentissage de l’informatique pour faire les devoirs a été une grande source de motivation pour les participants car l’ordinateur leur offre des méthodes concrètes (par exemple, avec Excel et Word) pour s’exercer et consolider leurs acquis en lecture, écriture et calcul. Mieux, les participants ont compris que savoir manier l’ordinateur leur sera d’une grande utilité après la prison.
  • Les participants ont amélioré leurs perspectives d’emploi en apprenant à écrire des CV et des demandes d’emploi et à mieux lire et comprendre les offres d’emploi.
  • Le cours de calcul a amélioré l’aptitude des participants à s’occuper de leurs finances personnelles.

Leçons apprises

  • La collaboration étroite entre gardes et enseignant a été essentielle pour guider les participants pour leurs devoirs et offrir des opportunités d’apprentissage aux détenus. De plus, les participants ont indiqué que l’appui des gardes a été déterminant pour la réussite du programme. En outre, cette coopération a été le facteur le plus important pour le succès des programmes d’éducation carcérale qui ont suivi Acquérir des compétences de base en détention..
  • L’informatique a fortement contribué à la réussite du programme car la rédaction de textes et les exercices de lecture et écriture et de calcul sur ordinateur ont renforcé l’assurance, la motivation et les perspectives d’emploi postcarcéral.
  • Les sources de motivation varient selon les apprenants. Si, pour certains, la motivation vient de l’application de leurs compétences à leur travail, d’autres la tirent de l’aptitude à écrire des demandes d’emploi et lire des livres. D’une manière générale, toutes les tâches perçues comme des défis du quotidien, notamment écrire un CV, une demande d’emploi, un texte littéraire ou une lettre, ont été de fortes sources de motivation pour les participants.
  • Les participants ont apprécié la grande différence entre le programme et leur expérience scolaire, puisque l’enseignant leur permettait de co-créer le contenu des cours. Permettre aux élèves d’exprimer leurs besoins d’apprentissage a été un choix essentiel, puisque l’enseignant n’aurait jamais pu les identifier tous en observant simplement leurs activités de routine et en évaluant leurs acquis de départ.
  • Pour répondre aux besoins d’apprentissage des détenus, les animateurs aussi ont dû s’informer sur leurs objectifs pour la vie postcarcérale, leur vie avant la détention, leur travail spécifique en prison, leur attitude vis-à-vis de la vie carcérale, mais aussi sur leurs rapports avec le personnel pénitentiaire.

Défis

Selon les coordonnateurs du programme, les projets d’alphabétisation en milieu carcéral sont confrontés aux défis suivants :

  • Maintenir la motivation des détenus participants constitue un grand défi pour les programmes d’éducation en prison. C’est surtout le cas pour les textes se rapportant au travail et à la recherche d’emploi parce que l’environnement carcéral peut les amener à penser que leur travail quotidien n’est pas « réel ». Par ricochet, cela tempère leur ardeur et leur motivation. Certains détenus gardent un mauvais souvenir de l’école et, de ce fait, hésitent à s’inscrire à un programme d’alphabétisation.
  • Parfois, les salles de classe se trouvent dans d’autres quartiers de la prison que les ateliers, créant ainsi un défi lié au transport des participants. Qui plus est, l’enseignement pratique dans les ateliers peut se dérouler dans des espaces inadaptés.
  • Le personnel des ateliers manque souvent de compétence et de maîtrise pédagogiques. Pour cette raison, il hésite parfois à travailler avec les enseignants parce qu’il ne comprend pas que l’approche pratique du programme est tout aussi importante que l’approche théorique.
  • Parfois, la collaboration entre enseignants et personnel pénitentiaire n’est pas assez bonne du fait qu’ils appartiennent à des systèmes différents (école et prison). Par exemple, les coordonnateurs du programme ont du mal à les amener à consacrer des heures supplémentaires à préparer des activités pour les participants.

Pérennité

Acquérir des compétences de base en détention a servi de projet pilote pour deux autres projets d’éducation carcérale conçus sur le même modèle pédagogique. Ces programmes ont été dispensés à la fois dans prisons pour hommes et pour femmes, de niveaux de sécurité normale à haute. Au terme de chaque projet, la prison concernée prend le relais pour mettre en œuvre des cours. De 2010 à 2012, Vox a exécuté les projets suivants dans les prisons de Norvège :

Projet Atelier Compétences de base
Prison d’Ullersmo et lycée de Jessheim. Situés dans l’est de la Norvège, à l’est Oslo, près de l’aéroport Construction, menuiserie, nettoyage Lecture et écriture, calcul, compétences numériques
Prison d’Ila et lycée de Rud. Situés dans l’est de la Norvège (30 km à l’ouest de la ville d’Oslo) Production de petits articles (petites industries), artisanat Lecture et écriture, calcul, compétences numériques
Bredtveit (prison pour femmes) et lycée pour adultes de Grønland. Situés à Oslo Menuiserie, artisanat, art Calcul et compétences numériques, compétence orale
Prison d’Åna et lycée de Time. Situés dans le sud-ouest de la Norvège (près de la ville de Stavanger) Agriculture Écriture, calcul, compétences numériques
Prison de Bruvoll et lycée de Skarnes. Situés dans l’est de la Norvège, près de la ville de Kongsvinger Menuiserie, tables de jardin Calcul et lecture
Prison de Stavanger et lycée de Randaberg. Situés dans le sud-ouest de la Norvège Horticulture sous serre Écriture et compétences numériques
Prison de Hustad et lycée de Romsdal. Situés dans l’ouest de la Norvège, près de Molde et de Kristiansund Atelier de menuiserie (construction de poulaillers), entrepreneuriat Lecture et écriture, calcul, compétences numériques
Prison d’Oslo et lycée pour adultes de Grønland. Situés à Oslo Nettoyage Compétences orales
Prison de Ravneberget (pour femmes). Située dans le sud-est de la Norvège, près de la ville de Sarpsborg Cuisine Compétences orales, lecture et calcul
Prison de Berg et lycée de Færder dans le sud-est de la Norvège Maintenance automobile Compétences orales, lecture et calcul

En 2015, Vox a commencé à jouer un rôle actif dans la présentation des résultats et expériences tirés de ces programmes aux niveaux régional et national en vue d’amener d’autres prisons norvégiennes à mettre en œuvre des programmes éducatifs similaires.

Sources

Contact

Ms. Valborg Byholt
Senior Advisor
VOX - Norwegian Agency for Lifelong Learning
P.O. Box 236, Sentrum, N-0103 OSLO
Norway
Phone: +47 23 38 13 40
valborg.byholt@vox.no
www.vox.no/English/

For citation please use

U. Hanemann (Ed.). Last update: 12 octobre 2018. Acquérir des compétences de base en détention, Norvège. UNESCO Institute for Lifelong Learning. (Accessed on: 17 September 2019, 00:21 CEST)

PDF in Arabic

Related Documents