Accueil

Lettres pour la vie, Le Portugal

  • Date published:
    6 août 2018

Informations clés

Titre Lettres pour la vie
Organisation chargée de la mise en œuvre Institut polytechnique de l’École supérieure de Coimbra, Groupe de Coimbra de l’Association portugaise pour la culture et l’apprentissage tout au long de la vie.
Partenaires École supérieure de Coimbra, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Coimbra, Association portugaise pour la culture et l’apprentissage tout au long de la vie, Association Icreate de Poiares, Conseil municipal de Condeixa, Contrat local pour le développement social de Condeixa, Conseil municipal de Vila Nova de Poiares, Districts locaux de Vila Nova de Poiares : Arrifana, Lavegadas, Santo André, São Miguel, Santa Casa da Misericórdia de Vila Nova de Poiares (maison de retraite, unité de soins continus et crèche), Spotheray, Association Sempre a Aprender (Toujours apprendre), Legião da Boa Vontade (Légion de la bonne volonté).
Langue d’enseignement Portugais
Financement Association Icreate, Conseil municipal de Vila Nova de Poiares et Districts locaux : Arrifana, Lavegadas, Santo André, São Miguel.
Coût annuel 6.468 € en 2017
Coût annuel par apprenant : 108 €. Pour 2018, avec l’expansion du projet, ce montant sera porté à environ 680 €.
Date de création 2015

Historique et contexte

L’alphabétisation et l’éducation des adultes trouvent leur fondement juridique dans la Constitution portugaise qui garantit à chaque citoyen le droit à l’éducation, l’égalité de chances d’apprentissage, mais aussi « l’éducation permanente et l’élimination de l’analphabétisme » (Comparative Constitutions Project, 2005). Le gouvernement portugais dispose, au sein du ministère de l’Éducation, d’un département central chargé d’exécuter les politiques et dispositifs de formation intégrés en matière d’apprentissage des adultes et d’apprentissage tout au long de la vie : la Direction générale de l’enseignement professionnel et de la formation. De 2005 à 2010, elle a notamment lancé l’Initiative pour les nouvelles opportunités, une stratégie nationale pour relever les niveaux d’instruction et de qualification des Portugais, en particulier ceux des jeunes et des adultes n’ayant pas achevé l’éducation de base et le secondaire (Agence nationale des qualifications, 2008). Grâce à cette initiative gouvernementale, des milliers de jeunes et d’adules peu qualifiés ont pu relever leur niveau d’études et renforcer leurs compétences professionnelles. Toutefois, l’apprentissage et l’éducation des adultes restent à améliorer, surtout par rapport aux autres États membres de l’Union européenne. Par exemple, le Rapport mondial sur le suivi de l’éducation 2016 indique que, parmi les pays de l’UE, le Portugal détient le taux le plus élevé d’adultes n’ayant pas atteint le cycle moyen, avec 39 pour cent en 2013, tandis que 60 pour cent n’ont pas atteint le cycle secondaire (UNESCO, 2016).

Donner à tous les adultes du Portugal des chances de participer à l’apprentissage tout au long de la vie devient un défi plus ardu, surtout pour ce qui est des groupes marginalisés tels que les immigrés et les citoyens âgés. Analysant les résultats de l’enquête nationale de 2009 sur la formation des adultes, Fragoso (2012) indique que les personnes âgées (65 ans révolus) sont invisibles dans l’éducation des adultes au Portugal ; en plus, en raison de facteurs déterminants tels que l’âge, le niveau d’études, le revenu, la situation socio-économique et les niveaux d’alphabétisme et de maîtrise des TIC, il est difficile pour les apprenants adultes de participer à l’éducation continue et l’apprentissage tout au long de la vie. De ce fait, à l’heure où l’éducation des adultes et l’apprentissage tout au long de la vie sont principalement mus par un agenda de promotion de l’employabilité, de la productivité et de la compétitivité des apprenants adultes, il est extrêmement important d’explorer des approches innovantes pour offrir aux personnes âgées des chances égales d’apprentissage afin de les autonomiser et de les insérer dans le tissu social. En particulier, en relevant leur niveau d’alphabétisme et de compétences mathématiques et numériques, les citoyens âgés pourront participer à des études plus poussées et s’adapter aux progrès sociaux. Il devient encore plus pressant d’intervenir pour l’éducation des adultes et l’apprentissage tout au long de la vie si l’on tient compte de la projection annonçant que les personnes âgées constitueront, d’ici 2050, 32 pour cent de la population du Portugal, avec un indice de vieillissement moyen de 243 pour cent (Fragoso, 2012). Autre groupe à inclure dans l’éducation des adultes, les immigrés adultes et les minorités ethniques peu ou non scolarisés, puisque les études montrent que les besoins éducatifs des immigrés adultes peu instruits sont systématiquement négligés au Portugal (Matias et al., 2016).

En conséquence, malgré les efforts du gouvernement portugais en matière d’éducation des adultes, la demande en apprentissage continu reste forte parmi la population peu alphabétisée et peu instruite. Pour ces groupes d’adultes, l’alphabétisation et l’apprentissage du calcul constituent non seulement un moyen d’améliorer leur employabilité et leur compétitivité sur le marché du travail, mais aussi un tremplin vers l’insertion sociale.

Présentation du programme

The Polytechnic Institute of Coimbra places great importance on delivering community service and transferring knowledge to local communities in need. Its mission is to ‘[provide] services to the community, in view of the transfer of knowledge and reciprocal appreciation’. Contributing to this mission, the Coimbra Higher Education School (CHES) has established partnerships with community institutions across all regions of the country.

L’Institut polytechnique de Coimbra se fixe entre autres missions « la fourniture de services à la communauté pour promouvoir le transfert de connaissances et l’estime réciproque » (Statuts de l’IPC). Soutenant cette mission, l’École supérieure de Coimbra (ESC) a noué des partenariats avec des institutions communautaires de la région.

Dans le cadre du partenariat fort avec le Conseil municipal de Condeixa, l’ESC a procédé en 2014 à l’analyse des besoins de la ville (située non loin de Coimbra) afin de comprendre les besoins socio-éducatifs des communautés cibles. Le résultat de cette étude révèle une forte demande en alphabétisation et apprentissage du calcul, compte tenu du faible niveau d’alphabétisme d’un grand nombre d’adultes, y compris des jeunes adultes, avec un taux d’analphabétisme de 6,6 pour cent. De même, le recensement de 2011 donne un taux total d’analphabétisme de 6,4 pour cent dans la région, avec 8,5 pour cent chez les femmes et 4 pour cent chez les hommes. Ainsi, répondant aux besoins identifiés avec une forte envie d’offrir un service d’apprentissage, enseignants et étudiants ont décidé de développer des projets communautaires fondés sur la recherche-action participative.

C’est dans ce contexte que le programme Lettres pour la vie (LPV) a été initié en 2015, en commençant par Condeixa, pour offrir des ateliers d’alphabétisation et des opportunités d’apprentissage aux groupes vulnérables et marginalisés de la société portugaise. Sa principale approche consiste à concevoir, organiser et dispenser des ateliers d’alphabétisation axés sur les besoins pour créer une communauté d’apprenants. Fort de l’évaluation positive du premier cycle, LPV poursuit son service au profit de nouveaux groupes d’apprenants et entre dans son troisième cycle en 2017. Géographiquement, il couvre trois localités de la région de Coimbra : Condeixa-a-Nova, Belide et Vila Nova de Poiares. Dans chaque site de projet, LPV a travaillé en partenariat avec les autorités locales compétentes qui ont soutenu le programme de façons diverses. Par exemple, à Vila Nova de Poiares, le programme a été mis en œuvre en partenariat avec l’Association Icreate, où les ateliers ont été conçus, et avec le Conseil municipal et les districts locaux de Poiares. À Poiares, le Conseil municipal a fourni aux apprenants un transport gratuit. À Condeixa-a-Nova, le Conseil municipal a mis à la disposition de LPV une salle d’atelier et des ordinateurs.

Buts et objectifs

À travers la mise en œuvre de son programme, LPV vise les objectifs suivants :

  • Améliorer les niveaux d’alphabétisme et de compétences mathématiques et numériques des apprenants adultes
  • Créer une égalité de chances en matière d’apprentissage
  • Renforcer la confiance, l’estime personnelle et l’efficacité individuelle des apprenants adultes
  • Consolider les liens sociaux et familiaux
  • Renforcer l’engagement citoyen et promouvoir l’inclusion sociale
  • Promouvoir les possibilités d’apprentissage intergénérationnel
  • Créer une communauté d’apprentissage
  • Stimuler les échanges entre le monde de l’enseignement supérieur et la communauté

Groupes cibles

Ce programme cible principalement les adultes non scolarisés ou déscolarisés sans avoir acquis les compétences de base. Les niveaux d’alphabétisme varient : certains n’ont aucune compétence ; d’autres savent lire des textes simples, mais pas écrire ; d’autres encore lisent correctement, mais écrivent avec beaucoup de fautes de grammaire. Le programme accorde une attention toute particulière aux groupes sociaux et économiques marginalisés, notamment les immigrés, les minorités et les personnes âgées vivant à domicile ou en maison de retraite. L’âge des apprenants va de 20 à 90 ans même si, actuellement, la majorité a plus de 65 ans. Beaucoup n’ont jamais reçu d’éducation formelle, ont une faible estime personnelle et pensent que l’éducation n’est pas faite pour eux.

Recrutement des apprenants

Tout apprenant intéressé peut s’inscrire à LPV. Certains apprenants potentiels, déjà bénéficiaires de certains services sociaux, sont contactés par les partenaires locaux (conseils municipaux, districts locaux, institutions, associations), qui assistent les apprenants désireux de s’inscrire. Par exemple, les instituteurs encouragent les parents ou grands-parents analphabètes de leurs élèves à s’inscrire à LPV ; une équipe d’intervention du Conseil municipal de Condeixa rend visite aux apprenants potentiels et les invite à participer au programme. Très souvent, les apprenants du cycle précédent recommandent LPV à leurs amis, proches et connaissances en raison de l’expérience d’apprentissage positive et des acquis qu’offre le programme.

Recrutement des animateurs

À ce jour, 20 animateurs ont pris part au programme. Leur parcours éducatif et professionnel varie : éducateurs des adultes expérimentés, stagiaires, étudiants en Master et doctorants en sciences sociales et bénévoles avec ou sans expérience ou savoir-faire en alphabétisation des adultes. Recrutés par l’ESC et ses institutions partenaires, ils sont censés détenir une qualification dans des domaines comme l’éducation, l’éducation des adultes, la psychologie, la sociologie, la gérontologie sociale et le service social. Tous travaillent à titre bénévole non rémunéré. Pour la prochaine phase, le programme envisage d’en payer au moins deux.

Mise en œuvre du programme : approches et méthodes

Atelier pour les professionnels et les bénévoles

Une fois recrutés, les animateurs reçoivent une formation en alphabétisation des adultes, dispensée par les coordonnateurs du programme. Ces derniers sont des professeurs de l’ESC, spécialisés en éducation et alphabétisation des adultes.

Fondée sur une approche d’apprentissage active et participative, la formation dote les apprenants d’une connaissance théorique et pratique de l’enseignement des adultes. Le contenu principal de son curriculum s’inspire du concept de l’alphabétisation comme lecture du monde de Paulo Freire (Freire, 1989, 2006, Freire & Macedo, 1987) et de l’alphabétisation émancipatrice. Il couvre les thématiques suivantes : méthodes et pratiques andragogiques dans les contextes multiculturels non formels ; réflexions critiques sur les modèles d’éducation des adultes ; développement des compétences des adultes en matière de planification, d’organisation, d’animation et d’évaluation des processus d’apprentissage des adultes ; stratégies et techniques d’enseignement diverses. Sur la base des besoins spécifiques et du contexte d’un cycle de projet donné et du site, le curriculum peut être légèrement modifié et adapté.

Cette formation est obligatoire pour tout animateur de LPV. Elle est également ouverte aux professionnels et étudiants qui s’intéressent à l’alphabétisation et l’éducation des adultes. Depuis le lancement de LPV, elle a accueilli 40 participants, dont 20 animateurs. Elle réunit apprenants et spécialistes de l’alphabétisation des adultes, qui travaillent en communauté de praticiens de l’alphabétisation et de l’éducation des adultes. Entre autres résultats d’apprentissage de la formation, tous les participants procèdent à une analyse critique des théories de l’éducation des adultes, puis appliquent leurs connaissances nouvellement acquises à l’apprentissage non formel.

La durée de la formation varie de 8 à 40 heures. Ce, parce que le curriculum élaboré lors du premier cycle du projet est révisé avant chaque atelier et adapté en tenant compte des besoins d’apprentissage, du niveau de connaissances des participants et de l’évaluation de l’atelier précédent. Par exemple, comme LPV prévoit d’organiser un atelier d’alphabétisation au profit des réfugiés vivant au Portugal (à partir de 2018), la formation sera plus longue, et le contenu actuel enrichi.

En plus de la formation initiale, les coordonnateurs du programme dispensent une formation continue et encadrent les animateurs. Ils animent des séances d’alphabétisation à leurs côtés, font des observations critiques et une évaluation de cet exercice et donnent des conseils pratiques leur permettant d’améliorer leurs aptitudes pédagogiques.

Activités principales

Le programme répartit les apprenants par niveaux d’alphabétisme (environ 10 par groupe). Chaque groupe suit une session par semaine. Les sessions couvrent deux volets principaux : alphabétisation des adultes et alphabétisation numérique.

Atelier « Lettres pour la vie »

Comme son nom l’indique, cet atelier se focalise sur l’alphabétisation des adultes. Les apprenants s’initient à la lecture et à l’écriture, puis relèvent leur niveau. L’approche d’apprentissage principale consiste à les exposer à des situations réelles qui exigent des compétences en lecture et écriture. Ainsi, ils lisent des brochures et toutes sortes de formulaires de demande et de factures et s’exercent à payer des factures ou remplir correctement des formulaires. Pour mettre leur apprentissage en contexte, les apprenants s’exercent à écrire et à lire leur nom et ceux de leurs proches, mais aussi des mots utiles pour la vie courante. De plus, pendant les sessions de création littéraire, il leur est demandé d’écrire, avec l’aide des animateurs, des récits de vie personnelle, poèmes, textes de chansons, articles de presse et lettres personnelles (voir, dans l’encadré, un exemple de poème écrit par un groupe LPV).

Autre objectif de l’atelier, la promotion de l’engagement citoyen. Les apprenants sont encouragés à lire les journaux de façon critique et à discuter de diverses thématiques comme la santé, la culture, la sexualité et l’égalité des sexes. Ils partagent aussi leurs expériences et récits sur l’évolution de l’histoire politique portugaise, comme la révolution démocratique de 1975. De même, ils débattent de questions politiques telles que la liberté, la démocratie et le rôle de la femme dans la société portugaise. À titre d’exemple de leur engagement citoyen à travers ce programme, les apprenants ont adressé une lettre au Premier ministre et au Président de la République pour exprimer leurs préoccupations au sujet des personnes âgées et solliciter le soutien des leaders politiques.

Des apprenants participent à l’atelier Letters for Life

Pour cultiver l’amour de la lecture et relever leur niveau de lecture, les participants apprennent à emprunter des livres à la bibliothèque ouverte par le programme et aux bibliothèques publiques pendant l’atelier afin de pouvoir utiliser ces ressources. Entre autres moyens de consolider leurs acquis à travers l’apprentissage intergénérationnel, les apprenants sont conviés à emprunter des livres à lire à domicile et à en discuter avec leurs enfants et petits-enfants. Par ailleurs, dans le cadre des ateliers, les apprenants visitent les bibliothèques publiques, un journal local et un établissement d’enseignement supérieur. Des excursions vers des sites d’intérêt (telle qu’une sortie à la plage) ont également été organisées, beaucoup d’apprenants adultes n’y ayant jamais été.

Excursion d’une journée à la mer

Une bibliothèque rudimentaire établie par LPV

Atelier « Clés pour la vie »

L’atelier « Clés pour la vie » vise à renforcer les compétences en TIC indispensables dans le quotidien des apprenants. Entre autres, il couvre des compétences numériques telles que l’utilisation des réseaux sociaux, les gadgets, la communication par e-mail, l’édition de textes et photos électroniques et la recherche sur Internet. Pour s’exercer, les apprenants appliquent leurs compétences numériques à des fins diverses, allant de la consultation des portails d’informations aux services de santé en ligne. Pour s’auto-évaluer et exprimer leurs avis sur le programme, ils conçoivent diverses activités : écrire les légendes des photos de leurs sessions, décrire leur expérience par écrit, évaluer les ateliers et partager leurs témoignages sur vidéo. Dans le cadre de cet atelier, étudiants en journalisme et journalistes interviewent les apprenants de LPV pour le journal, la radio et la TV nationale. Ainsi, non seulement on fait entendre la voix des apprenants adultes, souvent négligée par les projets d’alphabétisation et d’éducation des adultes, mais aussi on fait le plaidoyer pour un programme d’alphabétisation tel que LPV, qui offre une chance d’apprentissage aux citoyens marginalisés.

Pendant leurs activités pratiques, les apprenants discutent des questions de sécurité et d’éthique liées à l’utilisation des réseaux sociaux et d’Internet. Un groupe Facebook restreint a été créé et, tout au long de l’atelier « Clés pour la vie », les apprenants interagissent et partagent leurs idées de façon efficace.

Des apprenants participent à l’atelier Keys for Life

Méthodes d’enseignement

Le programme applique les théories d’apprentissage des adultes, y compris Pédagogie de l’autonomie (Freire, 1996), Andragogie (Knowles, 1970, 1973, 1980) et Apprentissage autogéré (Knowles, 1975). Le planning est flexible et spécifique à chaque groupe d’apprenants. Adoptant une approche participative, apprenants et animateurs procèdent à la préparation du planning et à l’évaluation. La conception du curriculum commence par la définition, par les apprenants, de leurs résultats et objectifs d’apprentissage sur la base de l’évaluation diagnostique. Ils aident aussi à définir les stratégies d’apprentissage et les thèmes des sessions. Les activités d’apprentissage visent non seulement à répondre aux objectifs et besoins de chaque apprenant, mais aussi à promouvoir l’apprentissage au sein d’un groupe d’apprenants aux niveaux d’alphabétisme différents. Avec une communication horizontale, l’erreur est considérée comme une opportunité pour apprendre, et le feedback est toujours constructif. L’interaction entre apprenants repose sur le soutien mutuel, fondé sur la théorie de la Zone proximale de développement de Vygotsky (1978). Basé sur la méthode de Freire (1967), le contenu de la session comprend des activités de lecture et d’écriture. Outre l’alphabétisation, ils acquièrent en même temps des aptitudes sociales comme le respect mutuel, les compétences en TIC, la réflexion critique et d’autres aptitudes nécessaires pour le développement personnel, social et professionnel.

L’usage de l’ordinateur constitue un outil efficace pour renforcer l’intérêt des apprenants pour l’apprentissage. En particulier, les apprenants adultes atteints de démence ou d’autres limites cognitives se sont montrés plus motivés à apprendre à l’aide des outils numériques. De plus, pour rendre l’apprentissage plus agréable et moins stressant, on utilise la musique pour enseigner de nouveaux mots et les fixer dans la mémoire des apprenants.

L’apprentissage se déroule dans une ambiance paisible et conviviale, accueillante pour les apprenants qui se sentent valorisés et aimés de l’équipe de projet et de leurs pairs. L’espace d’apprentissage est enrichi de livres, de journaux, de dictionnaires, d’autres supports auxiliaires et de fleurs sur la table. Les animateurs apprécient l’expérience, l’origine culturelle, le savoir, les besoins, les centres d’intérêt et les récits de vie de chaque apprenant. Cet environnement d’apprentissage positif insuffle un cœur au programme d’alphabétisation.

Supports d’enseignement et d’apprentissage

Il n’existe pas de manuel ou de support standard pour les ateliers de formation. Au contraire, les supports sont adaptés aux besoins, centres d’intérêt et niveau d’alphabétisme de chaque apprenant. De ce fait, ils diffèrent d’un groupe d’apprenants à l’autre. En général, ce programme utilise les supports disponibles : livres, dictionnaires, journaux locaux, musique et autres arts. Certains supports sont l’œuvre des apprenants : ils les réalisent à domicile sous forme de récits, souvent écrits avec l’aide de proches et d’amis, puis les apportent aux ateliers et les présentent à leurs camarades pour examen et commentaires.

Suivi et évaluation

En employant les principes d’Empowerment Evaluation (Fetterman 2005), l’évaluation associe chaque partie prenante, en particulier les apprenants et les animateurs, au suivi et évaluation de sa propre performance. L’équipe de programme, formée des coordinateurs, des animateurs et des apprenants, procède à une évaluation qualitative à la fin de chaque session et avant l’achèvement de chaque cycle de projet. Par exemple, chaque session se termine par une discussion thématique pendant laquelle les apprenants échangent des idées avant de faire une restitution. Après chaque session, l’équipe de programme discute et élabore un rapport critique et le planning de la session suivante. Ce rapport décrit de façon critique le processus d’apprentissage et d’enseignement : il identifie les progrès individuels ou collectifs, analyse les difficultés des apprenants, évalue la performance des animateurs et propose des solutions pour améliorer les résultats.

En guise d’évaluation formative, l’équipe de programme procède à une analyse qualitative de chaque apprenant en termes de résultats d’apprentissage et d’engagement à apprendre. Les écrits produits par les apprenants et les conclusions des observations faites par les animateurs servent de documents de base pour l’analyse. À la fin du programme, chaque apprenant reçoit un certificat qualitatif, qui reconnaît son niveau d’alphabétisme et les efforts qu’il a faits pour apprendre. Ce certificat est officiellement reconnu, mais ne correspond à aucun diplôme d’études formel.

Par ailleurs, une étude d’action-recherche (menée par deux étudiants en Master) est en cours pour examiner l’impact de ce programme sur l’apprenant et sa communauté. Elle se fait sous forme d’entretiens thématiques avec les apprenants et d’analyse du contenu des supports qu’ils ont réalisés.

Impact et réalisations

À ce jour, 60 apprenants adultes au total se sont inscrits à LPV (50 femmes et 10 hommes), et tous ont achevé l’ensemble des sessions avec succès. Seulement, certains ont dû s’absenter parfois pour des raisons de santé. Beaucoup d’apprenants ont affiché leur volonté et leur enthousiasme pour participer au prochain cycle du programme et demandé la multiplication des sessions et des visites de terrain.

Les familles et les proches des apprenants et des animateurs ont donné un feedback positif et manifesté leur appui à LPV. Ils ont été nombreux à partager des messages de gratitude et d’encouragement sur la page Facebook du programme. Beaucoup ont assisté à la cérémonie finale de remise de diplômes et à la fête organisée pour célébrer ce moment important de la vie des apprenants.

Plus important encore, les faits montrent que même les apprenants souffrant de problèmes cognitifs ont amélioré leur niveau d’alphabétisme. À titre d’exemple, au début du programme, beaucoup d’apprenants refusaient d’engager une conversation et ne savaient reconnaître aucun caractère, même pas pour écrire leur nom. Mais, à la fin des sessions d’alphabétisation, ils savaient écrire des lettres ou des e-mails à leurs proches et exprimer par écrit leur avis sur le programme. En partageant leurs récits de vie, beaucoup d’apprenants ont produit des textes originaux de différents genres.

Mieux, l’amélioration du niveau d’alphabétisme tend à induire d’autres changements positifs dans la vie des apprenants. En effet, ils affirment avoir gagné en assurance face aux problèmes du quotidien qui exigent des compétences en lecture et écriture. Des jeunes apprenants au chômage ont éprouvé, au fil du programme, la motivation de faire une formation professionnelle. De même, des changements positifs de comportements ont été observés chez les apprenants, en particulier chez les personnes âgées qui avaient une très faible estime personnelle et étaient jusque-là isolées de la société. Avec le sens aigu de la communauté qu’a créé ce programme, les apprenants se sont retrouvés au cœur d’une communauté d’apprentissage et de socialisation. Sachant désormais communiquer par lettre manuscrite et via les réseaux sociaux, ils ont découvert un nouveau moyen de rester en contact étroit avec leur famille, surtout ceux qui vivent loin de leurs proches.

Le programme a été présenté dans plusieurs contextes et conférences académiques, diffusé sur une chaîne de radio et TV nationale publique et couvert par plusieurs journaux locaux. Pour sa contribution exceptionnelle à l’éducation des adultes et au développement communautaire, LPV a reçu le Prix d’excellence de l’éducation des adultes Grundtvig 2017 de l’Association européenne pour l’éducation des adultes. De même, il a reçu une mention honorable à l’occasion de la Troisième rencontre nationale de l’éducation et de la formation des adultes organisée par l’Association Droit d’apprendre (Associação Direito de Aprender). Par ailleurs, le 7 décembre 2017, LPV a organisé la première assemblée Éducation des adultes pour la vie, pour commémorer l’Année européenne de l’éducation des adultes. Réunissant les communautés Lettres pour la vie, cette assemblée a contribué à promouvoir l’éducation des adultes pour tous et à vulgariser les bonnes pratiques en matière d’éducation au Portugal. Ainsi, LPV a retenu l’attention d’autres partenaires potentiels, désireux de déployer le programme dans leur environnement. En 2018, LPV étendra son programme à Bahia, au Brésil, en collaboration avec un nouveau partenaire brésilien.

Témoignages

Les témoignages d’apprenants suivants illustrent bien l’impact de LPV.

« Je ne savais écrire que mon nom. Mais, avec le décès de mon mari, je me suis rendue compte que je savais plus signer. Maintenant, je sais signer de nouveau. Je remercie ma fille, parce que c’est elle qui m’a poussé à venir apprendre et fraterniser ». (Mme Carmo)

« J’ai aimé l’expérience, la convivialité, l’apprentissage, et je remercie le programme du fond du cœur de m’avoir donné cette opportunité. » (Mme Amália)

« Nous sommes une famille ! » (Mme Mariana)

« J’ai appris des choses que je n’espérais jamais apprendre à mon âge. On m’a appris à utiliser un ordinateur. » (Mme Rita)

« Lettres pour la vie est un très bon programme. J’avais émigré pendant de longues années, et j’étais coupé de la réalité locale. Lettres pour la vie m’a beaucoup aidé ». (M. Artur)

« J’aimerais bien continuer ! Si ma santé et la forme le permettent, je reviendrai ! » (M. Vicente)

« J’en sais déjà plus qu’avant. J’apprendrai jusqu’à la mort, et je ne mourrai pas avant de tout savoir ! » (Mme Linda)

Défis

Il est assez difficile de travailler avec des apprenants âgés, en particulier ceux qui vivent en institution à cause de problèmes de santé comme la démence. Toutefois, le programme envisage de relever ce défi à travers une intervention intégrée et multidisciplinaire. En effet, il est prévu, dans un proche avenir, d’organiser un programme d’alphabétisation dans les maisons de retraite (pour les pensionnaires qui ne peuvent pas se déplacer) et d’intéresser les autres aux activités d’alphabétisation organisées en dehors de leur institution. Cela permettra de promouvoir l’insertion des adultes âgés dans la communauté.

Atteindre les hommes constitue un autre défi. Même si, en règle générale, ils ont un niveau d’alphabétisme plus élevé que les femmes au Portugal, ils rechignent à admettre la nécessité de suivre des cours d’alphabétisation. Pour preuve, ils tendent à demander l’anonymat au moment de s’inscrire au programme, évitent d’être photographiés ou filmés parce qu’ils ne veulent pas être taxés d’analphabètes dans leur communauté. Mais, une fois enrôlés à LPV, ils reconnaissent l’importance de l’alphabétisation et transforment leur attitude négative en motivation à apprendre. Actuellement, les apprenants de LPV sont en majorité des femmes exclues, par le passé, des opportunités d’éducation formelle.

Le contexte sociopolitique général du Portugal ne facilite pas l’obtention d’un appui à un programme comme LPV. En effet, les politiques d’éducation des adultes se focalisent presque exclusivement sur l’employabilité et la productivité au détriment de la valeur sociale de l’éducation pour tous, en l’occurrence pour les personnes âgées.

Pérennité

Depuis son démarrage, ce programme bénéficie d’un soutien énorme de divers partenaires et bénévoles. En 2018, LPV lancera son quatrième cycle à Condeixa et son troisième à Vila Nova de Poiares. Avec le nombre accru de partenaires, le projet devrait atteindre d’autres localités rurales et urbaines. Par ailleurs, eu égard à la demande persistante des apprenants, les sessions passeront d’une à deux par semaine. Pour répondre aux besoins d’apprentissage des personnes âgées ne pouvant pas participer aux cours organisés hors de leur résidence, LPV mettra en place, dans les maisons de retraite et les centres de soins de jour, un ou deux groupes d’apprentissage lors de son prochain cycle. Pour assurer la pérennité du programme et une éducation des adultes de qualité, LPV sollicite un appui financier (supports, ordinateurs et autres équipements) auprès de divers partenaires. Grâce à ses récompenses internationales et nationales, LPV est en mesure d’attirer plus de financements et de partenaires. À cette fin, LPV compte renforcer son équipe et son budget.

LPV a créé une communauté de pratique (alphabétisation et apprentissage des adultes) regroupant experts, professionnels, stagiaires, doctorants et étudiants en Master spécialisés en alphabétisation des adultes, éducation des adultes, psychologie, gérontologie sociale et psychiatrie gériatrique. Cette communauté va partager ses expériences et améliorer ses pratiques, mais aussi participer au débat critique sur l’alphabétisation et l’éducation des adultes au Portugal et l’enrichir. Par exemple, dans le cadre d’un partenariat incluant une équipe clinique qui démarre en 2018, LPV effectuera une étude sur l’impact de l’alphabétisation sur l’état de santé des apprenants. Sur le long terme, en sa qualité d’acteur majeur du débat sur l’éducation des adultes initié par l’Association portugaise pour la culture et l’apprentissage tout au long de la vie, LPV jouera un rôle actif en matière de promotion de l’alphabétisation des adultes dans l’agenda politique national.

Sources

  • Comparative Constitutions Project, 2005. Portugal's Constitution of 1976 with Amendments through 2005. [pdf] Disponible sur : https://www.constituteproject.org/constitution/Portugal_2005.pdf [consulté le 11 décembre 2017].
  • EAEA. (2011). EAEA Country Report on Adult Education in Portugal. [pdf] Disponible sur : http://www.eaea.org/media/resources/ae-in-europe/portugal_country-report-on-adult-education-in-portugal.pdf [consulté le 11 décembre 2017].
  • Fetterman, D. 2005. Empowerment Evaluation Principles in Practice: assessing levels of commitment. In: D. Fetterman et A. Wandersman. éds. 2005. Empowerment Evaluation: Principles in Practice. New York: Guilford. pp. 42-72.
  • Fragoso, A. 2012. Older Learners in the Community? Provocative Reflections on the Situation of Older Adults in Portugal. Journal of Contemporary Educational Studies, 5, pp.70–83.
  • Freire, P. 1967. Educação como Prática da Liberdade. Rio de Janeiro: Paz e Terra.
  • Freire, P. 1989. A importância do ato de ler: em três artigos que se completam. São Paulo: Cortez.
  • Freire, P. 1996. Pedagogia da Autonomia: saberes necessários à prática educativa. São Paulo: Paz e Terra.
  • Freire, P. 2006. Pedagogia do Oprimido. São Paulo: Paz e Terra.
  • Freire, P. & Macedo, D. 1987. Literacy: Reading the word and the world. South Hadley: Bergin & Garvey.
  • Knowles, M. 1970. The modern practice of adult education; andragogy versus pedagogy. New York: Associated Press.
  • Knowles, M. 1973. The adult learner: a neglected species. Houston: Gulf Publishing Company.
  • Knowles, M. 1980. The modern practice of adult education: from pedagogy to andragogy. New York: Association Press.
  • Knowles, M.S. 1975. Self-Directed Learning: a guide for learners and teachers. New York: Associated Press.
  • Matias, R.M., Oliveira, N., & Ortiz, A. 2016. Implementing training in Portuguese for Speakers of Other Languages in Portugal: the case of adult immigrants with little or no schooling. Language and Intercultural Communication, 16(1), pp.99-116.
  • National Qualifications Agency. 2008. The development and state of the art of adult learning and education: National report of Portugal. [pdf] Disponible sur : http://www.uil.unesco.org/fileadmin/multimedia/uil/confintea/pdf/National_Reports/Europe%20-%20North%20America/Portugal.pdf [consulté le 11 décembre 2017].
  • UNESCO. 2016. Rapport mondial de suivi sur l’éducation. L’éducation pour les peuples et la planète : créer des avenirs durables pour tous. [pdf] Disponible sur : http://unesdoc.unesco.org/images/0024/002457/245752e.pdf [consulté le 11 décembre 2017].
  • Vygotsky, L. 1978. Mind in Society: the development of higher psychological processes. Cambridge: Harvard University Press.

Contacts

Dina Isabel Mendes Soeiro
Sílvia Maria Rodrigues da Cruz Parreiral
Project Coordinators
Coimbra Higher Education School of Polytechnic Institute of Coimbra
letraspravida@esec.pt

For citation please use

Last update: 9 juillet 2019. Lettres pour la vie, Le Portugal. Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie. (Accessed on: 21 September 2019, 05:25 CEST)

PDF in Arabic

Related Documents