Home

Apprentissage et éducation des adultes dans les États arabes : état des lieux

24 September 2018

Quelque 20 experts en éducation des adultes issus de 12 pays arabes se sont réunis les 24 et 25 juillet 2018 à Beyrouth, au Liban, afin de passer en revue les stratégies déployées et instruments de pilotage utilisés en matière d’apprentissage et d’éducation des adultes (AEA) dans les États arabes.   

Des représentants nationaux d’Égypte, Arabie saoudite, du Qatar, d’Oman, de Palestine,  Jordanie, du Liban, d’Irak, du Soudan, Maroc, de Tunisie et Algérie ont partagé leurs expériences  concernant la mise en œuvre et le développement de politiques et pratiques d’apprentissage et d’éducation des adultes dans le contexte de documents internationaux de politique clés, tels que le Cadre d’action de Belém (BFA, 2009) et la Recommandation sur l’apprentissage et l’éducation des adultes de 2015 (RALE). Les douze pays ont relevé des défis communs comme le manque de mécanismes de coordination entre les acteurs de l’AEA, des ressources humaines inadéquates, un financement insuffisant de l’AEA, un taux élevé de « décrocheurs » et l’absence de dispositifs d’évaluation.     

L’atelier a également souligné les progrès accomplis dans certains pays depuis l’adoption du Cadre d’action de Belém. La plupart des participants ont rapporté que les programmes d’AEA ont été diversifiés et couvrent plusieurs volets de l’apprentissage tels que la formation professionnelle et la citoyenneté active. Cependant, il s’avère nécessaire d’améliorer la qualité de ces programmes.   

L’atelier a clarifié la question de la crédibilité et de la disponibilité des données relatives à l’AEA.  La plupart des États arabes s’appuient sur des données dont la qualité est peu fiable et qui peuvent induire en erreur les concepteurs de politiques d’AEA et les acteurs en la matière. Pour relever le défi du pilotage et suivi, le Rapport mondial sur l’apprentissage et l’éducation des adultes (GRALE), produit par l’UIL, vise à identifier les développements intervenus en matière d’apprentissage et d’éducation des adultes non seulement au niveau mondial, mais aussi national et régional. Le rapport se fonde sur une enquête auprès des États membres de l’UNESCO, qui nécessite de collecter des données au niveau national.

Les délégués sont convenus de l’importance pour les États membres de remplir le formulaire de l’enquête avec acribie et de le soumette à l’UIL dans les délais impartis. L’accès à des données fiables est indispensable pour développer des stratégies et politiques permettant de relever les défis dans chaque pays, ainsi que l’appui à des mécanismes de bonne gouvernance impliquant les acteurs pertinents.

À ce jour, 17 pays arabes sur 20 ont soumis leur formulaire avec des réponses exhaustives à toutes les questions.