Home

Les Nations Unies à la rencontre de « l’amie invisible »: l’éducation des adultes et les Objectifs de développement durable à New York

unhlpf_p1160246_bearb_2019-07-18.jpg

© dvv international / J. Schriegel
19 July 2019

Dans le cadre du Forum politique de haut niveau des Nations Unies (HLPF, sigle anglais) sur le développement durable, qui s’est tenu du 9 au 19 juillet au Siège de l’ONU à New York, l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL) a conjointement organisé avec DVV International, l’Association allemande de l’éducation des adultes, une rencontre parallèle intitulée « L’Amie invisible : l’éducation des adultes et les Objectifs de développement durable ».

Cette rencontre, qui s’est déroulée le 9 juillet à la Mission permanente de la République fédérale d’Allemagne auprès des Nations Unies à New York, visait à mettre en lumière le potentiel fréquemment sous-estimé de l’éducation des adultes pour le développement durable.  

Les intervenants, spécialistes en matière de recherche, pratiques et politiques d’apprentissage et d’éducation des adultes, ont discuté de l’importance critique des approches d’éducation non formelle au sein du quatrième Objectif de développement durable (ODD 4). Ils ont également souligné les nombreux liens intersectoriels que l’éducation des adultes partage avec les autres ODD, en particulier ceux que le Forum a examinés cette année. Même si l’apprentissage et éducation des adultes n’est pas expressément mentionné dans les 17 ODD, il importe de prendre conscience du fait qu’aucun de ces ODD ne peut être mis en œuvre sans une quelconque forme d’apprentissage des adultes. En outre, malgré une tendance persistante à se concentrer sur l’éducation formelle des adultes, l’apprentissage non formel et informel des adultes fait l’objet d’une reconnaissance croissante.

L’apprentissage et éducation des adultes (AEA) est conçu comme « l’ami invisible » du développement durable dans la mesure où ses rôle et fonction pour la mise en œuvre de l’ODD 4 ne sont pas entièrement reconnus au sein du Cadre d’action Education 2030. L’absence de cible spécifique pour l’AEA peut être considérée comme la preuve flagrante de ce déficit. Les discussions lors de la rencontre ont démontré qu’il existe maints exemples de bonnes pratiques illustrant le rôle d’appui de l’AEA, et de nombreuses raisons de reconnaître son potentiel. Tandis que le Cadre d’action Education 2030 constate que « des mesures spécifiques et davantage de financements doivent être prévus pour répondre aux besoins des apprenants adultes », peu de dispositions ont été prises pour mesurer les performances en matière d’apprentissage, ce qui constituerait la meilleure preuve de sa pertinence. Bien que la diversité des acteurs de l’AEA représente un de ses points forts, la complexité qui en résulte peut rendre les analyses difficiles et de ce fait, contribuer à affaiblir la position de l’AEA dans le discours des experts et acteurs politiques. Le succès d’autres mesures de plaidoyer dépend de solides arguments, et le suivi des performances – en particulier des performances des apprenants adultes – jouera un rôle clé dans le contexte des ODD.