Accueil

RAMAA II : améliorer la qualité des programmes d’alphabétisation

24 février 2016

La collecte de données fiables sur les résultats d’apprentissage des participants des programmes d’alphabétisation est la condition sine qua non pour concevoir de tels programmes et en améliorer la qualité. Cet avis a été partagé par les participants à la réunion sur l’alphabétisation qui s’est tenue à Hambourg, à l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL) les 23 et 24 février 2016. Le programme RAMAA (Recherche-action sur la mesure des apprentissages des bénéficiaires des programmes d’alphabétisation) est un projet de recherche-action initié par l’UIL en Afrique de l’Ouest et Afrique centrale afin d’aider les pays à développer leur capacités d’évaluation et de pilotage des programmes d’alphabétisation aux niveaux national et sous régional. Le projet a pour objectif de fournir aux concepteurs de politiques et aux partenaires de développement des données fiables concernant les retours sur investissements dans l’alphabétisation des jeunes et des adultes.

La réunion sur la RAMAA II, d’une durée de deux jours, a marqué le lancement de la deuxième phase du projet. Elle a également procédé à une évaluation de la première phase du projet permettant ainsi aux participants d’en tirer les leçons. La première phase de la RAMAA a impliqué cinq pays africains francophones : le Burkina Faso, le Mali, le Maroc, le Niger et le Sénégal. Les pays, tels que le Sénégal, qui ont participé à la première phase du projet affirment que la RAMAA a contribué à renforcer leurs capacités de concevoir, mettre en œuvre, piloter et évaluer les programmes d’alphabétisation aux niveaux local, régional et national.

Lors de la réunion sur la RAMAA II, les participants ont fixé les modalités de mise en œuvre de la seconde phase du projet et ont planifié les moyens d’institutionnaliser le projet dans 12 pays africains. Aux cinq pays d’origine se sont joints pour la seconde phase du projet le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo (RDC), le Tchad et le Togo. Ces 12 pays étaient représentés à la réunion.

« L’attention particulière que le projet RAMAA porte à l’Afrique de l’Ouest et Afrique centrale reflète la nécessité d’accroître la qualité des programmes d’alphabétisation qui est malheureusement faible dans la région en ce moment » a déclaré Madame Rokhaya Diawara, Spécialiste du programme de l’éducation au bureau UNESCO d’Abuja. Madame Diawara a ajouté que « le financement, souvent insuffisant, des programmes d’alphabétisation est à imputer au fait que la plupart des bailleurs de fonds doutent de l’efficacité de ces programmes La collecte de données fiables conduira donc à plus d’investissements dans les programmes d’alphabétisation, ce qui constitue un des objectifs que le projet RAMAA cherche à atteindre. »

Le directeur de l’UIL, Monsieur Arne Carlsen, a déclaré à propos des projets du programme : « L’engagement des universités pour accroître le nombre d’étudiants choisissant de se concentrer sur la recherche-action, la mesure et l’évaluation de l’alphabétisation constitue une des innovations auxquelles l’UIL apportera son soutien dans les années à venir. »

Interview with Rokhaya Diawara, Education Programme Specialist, UNESCO Abuja (French)

Interview with Samba Diary Ndiaya, Centre Régional de Formation des Personnels de I'Education (CRFPE) (French)