Accueil

Conclusions du webinaire intitulé « Les villes apprenantes se remettent de la COVID-19 : de la recherche à la pratique - EFTP, apprentissage des affaires et entrepreneuriat »

10 novembre 2020

Le 16 septembre 2020, l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL) et l’Observatoire international PASCAL ont conjointement accueilli le troisième webinaire de la série intitulée « Les villes apprenantes se remettent de la COVID-19 : de la recherche à la pratique ». Ce récent webinaire a examiné la thématique suivante : Développer le rôle de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels (EFTP), de l’apprentissage des affaires et de l’entrepreneuriat dans les villes apprenantes : les défis à relever.

Marie Macauley, spécialiste de programme de l’UIL, a prononcé une brève allocution de bienvenue et a modéré le webinaire. Elle a abordé les défis que la pandémie de COVID-19 pose au système éducatif traditionnel et a souligné la nécessité pour les villes de procéder à des changements structurels pour assurer la continuité de l’apprentissage pendant la crise actuelle et lors de crises futures. Mme Macauley a ensuite indiqué l’objectif du webinaire consistant à examiner le rôle de l’EFTP pour le développement durable dans les villes. Elle s’est félicitée des contributions fournies par les participants, parmi lesquels figuraient des experts en éducation, des autorités municipales, des réseaux universitaires et autres parties prenantes.

UNESCO-UNEVOC : le Centre de l’UNESCO pour l’enseignement et la formation techniques et professionnels (EFTP)

Après avoir salué les participants au webinaire, Mme Miki Nozawa, spécialiste de programme au Centre UNESCO-UNEVOC pour l’enseignement et la formation techniques et professionnels, a souligné l’importance de l’EFTP pour le marché du travail, mais a affirmé que le secteur avait besoin d’évoluer pour faire face à des crises, telles que celle de la pandémie actuelle, qui ont un impact significatif sur l’économie du monde. Le développement d’un apprentissage entrepreneurial appelle à des partenariats aux niveaux des politiques, des institutions et du système scolaire a-t-elle poursuivi. Elle a par ailleurs souligné le rôle des institutions d’EFTP comme incubateurs de l’innovation et de l’entrepreneuriat.

Université de Swansea, Royaume de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord : membre du Réseau Mondial des villes apprenantes de l’UNESCO (GNLC, sigle anglais) et du Réseau PASCAL des villes apprenantes (LCN, sigle anglais)

Au nom du Directeur de PASCAL, Dr Michael Osborne, Mme Judith James, coordinatrice du LCN « Réimaginer des futurs économiques inclusifs » et Directrice de la Collaboration régionale stratégique à l’université de Swansea, a suggéré que la pandémie a eu des effets positifs sur les attitudes de la société vis-à-vis des secteurs professionnels tels que la santé, les sciences et l’éducation. Ceci, a-t-elle poursuivi, pourrait être utilisé par les autorités municipales comme un levier lors de la mise en œuvre de politiques de promotion de l’EFTP. Les villes apprenantes, a-t-elle insisté, doivent « gérer le bien-être des apprenants, formateurs et éducateurs ; soutenir les compétences complémentaires des formateurs et éducateurs et récompenser la formation professionnelle. »

La Fondation européenne pour la formation (ETF)

Ensuite, Mme Olena Bekh, spécialiste principale du Développement du capital humain à la Fondation européenne pour la formation (ETF), a fait une présentation intitulée « Entrepreneuriat : compétences clés et aptitudes à l’entreprise » dans laquelle elle a souligné la nécessité de développer les compétences dans les petites et moyennes entreprises (PME) au sein de l’Union européenne et dans les pays partenaires. Elle a défini l’apprentissage entrepreneurial comme suit : « toutes formes d’éducation et de formation, tant formelles que non formelles, qui contribuent à un esprit et un comportement d’entreprise ». Afin d’illustrer de bonnes pratiques dans la mise en œuvre d’initiatives d’EFTP, Mme Bekh a cité l’exemple de la Géorgie, où a été concrétisée une initiative nationale reposant sur sept piliers pour le développement de l’EFTP : (1) soutien aux facilitateurs fourni par des dirigeants dotés de compétences entrepreneuriales ; (2) soutien aux enseignants et éducateurs leur permettant de transmettre l’apprentissage entrepreneurial à leurs étudiants ; (3) création de réseaux d’EFTP ; (4) enseignement, apprentissage et évaluation novateurs ; (5) intégration des technologies ; (6) financement de la formation technique et professionnelle ; et (7) gestion de la réputation (e-réputation).

Ville de Cotonou, Bénin. Réseau PASCAL des villes apprenantes

Enfin, M. Idowu Biao, Professeur d’apprentissage tout au long de la vie à l’université d’Abomey-Calavi au Bénin, a parlé de la ville de Cotonou, capitale commerciale du Bénin, dans laquelle s’installent de nombreux migrants ruraux à la recherche d’un travail et dont la majorité est illettrée ou dépourvue de compétences. Afin d’aider ces migrants, la ville a désigné et mis en œuvre un programme d’alphabétisation axé sur le travail grâce auquel les apprenants acquièrent non seulement des compétences de lecture et de calcul, mais également des compétences techniques liées au travail, qu’ils ont choisies au niveau individuel. À ce jour, plus de 100 participants ont amélioré leurs compétences en matière d’alphabétisation depuis la mise en place du programme.

Questions et réponses

Les présentations ont été suivies d’une séance animée de questions et réponses dirigée par l’équipe UNESCO–PASCAL et qui a fait ressortir les principaux points suivants :

  • ETF : les enseignants devraient faire fonction de coach et laisser leurs apprenants définir leurs propres objectifs d’apprentissage. En outre, les apprenants devraient être impliqués de manière décisive dans leurs projets d’apprentissage pour l’entreprise. Il est nécessaire de changer de nombreux aspects du processus d’apprentissage mais il faut éviter de reproduire un cadre dans sa totalité ; les enseignants se doivent de choisir les activités pertinentes en fonction des besoins et demandes des étudiants.
  • Swansea : la pandémie a amené un changement d’attitude, en particulier au Royaume-Uni où les secteurs professionnels jouissent désormais d’un plus grand respect, ce qui est susceptible d’avoir un effet de longue durée sur le marché du travail. En outre, la hausse considérable du chômage causée par la pandémie exige une nouvelle approche de l’EFTP dirigée par le gouvernement. 
  • ETF: la perception de l’EFTP doit changer.
  • UNESCO–UNEVOC: Il est très important d’avoir des modèles à suivre dans le secteur des entreprises.
  • Cotonou : les changements sociaux et les circonstances ont rendu les compétences professionnelles plus perceptibles. De nombreux individus qui suivent une formation professionnelle perçoivent des salaires élevés et ce changement de situation dans la société souligne la pertinence de la formation professionnelle. Actuellement, une tendance majeure émerge en faveur de l’acquisition de compétences.

Mme Macauley a clos le webinaire en remerciant les intervenants et participants et en attirant l’attention sur les conséquences de la COVID-19 sur le futur des programmes d’EFTP. « Les fermetures risquent de faire naître des lacunes en matière d’apprentissage, et éventuellement même davantage pour l’EFTP que pour l’éducation en général », a-t-elle affirmé. La promotion des compétences entrepreneuriales est donc essentielle pour mieux doter les jeunes des outils dont ils ont besoin dans le monde du travail.

Ce résumé a été préparé par l’équipe de coordination du Réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO avec le soutien de M. Sergio Hernandez Mendoza, université de Glasgow, et la Prof. Catherine Lido, Observatoire international PASCAL.