Accueil

Déclaration des jeunes sur les villes apprenantes : effet multiplicateur 3x3x3x3

21 octobre 2015

Les jeunes, co-créateurs des villes apprenantes

La création de véritables villes apprenantes exige d’impliquer toutes les parties prenantes, y compris les jeunes. Ils forment la prochaine génération de dirigeants et doivent être intégrés en tant que co-créateurs des villes apprenantes. Leur contribution à cet égard joue un rôle décisif.

La 2de Conférence internationale sur les villes apprenantes tenue à Mexico du 28 au 30 septembre 2015 a fourni l’opportunité d’engager la jeunesse dans la promotion de l’apprentissage tout au long de la vie au sein des communautés de la planète. Lors de la Conférence, 20 jeunes issus de différentes régions mondiales ont partagé leurs perspectives sur l’édification des villes apprenantes.

Afin d’ancrer leur engagement à établir des villes apprenantes dans le monde entier, les délégués des jeunes à la Conférence ont formulé la Déclaration des jeunes sur les villes apprenantes en 12 points multiplicateurs. Elle appelle entre autres les gouvernements de niveau central et local à impliquer les jeunes en tant que co-créateurs dans la démarche d’instaurer les villes apprenantes. Cette déclaration a été distribuée lors du 9e Forum des jeunes de l’UNESCO à Paris, où Mme Michelle Diederichs de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie s’est adressée à des jeunes venus du monde entier sur le développement des villes apprenantes et sur leur rôle dans ce contexte.

Aperçu des contributions et visions des responsables de jeunes

Mme Hayley MacQuire, conseillère en promotion et soutien des capacités au Bureau d'éducation de base et des adultes pour l'Asie et le Pacifique Sud (ASPBAE), Australie

Mme MacQuire a partagé sa perspective sur les avantages d’impliquer les jeunes (marginalisés en particulier) dans la promotion de la citoyenneté mondiale et de l’apprentissage tout au long de la vie. Elle a lancé l’appel à faire participer les jeunes, en particulier les jeunes marginalisés, aux décisions stratégiques, à la conception et la réalisation des programmes. Mme MacQuire a argumenté que cette participation contribuera à favoriser la pérennité et l’appropriation, à instaurer la confiance et un capital social dans les communautés ciblées, et à renforcer l’autodétermination et l’autonomisation des jeunes.

M. Tariq Al Olaimy, cofondateur de 3BL Associates, Bahreïn

M. Al Olaimy a expliqué que les premières civilisations du Moyen-Orient ont été pionnières dans le concept de villes apprenantes. Il a établi des parallèles avec les défis actuels dans la région, en particulier pour les systèmes éducatifs, et a affirmé que « si cela a déjà existé une fois,  cela peut exister à nouveau ». M. Al Olaimy a signalé l’importance de créer des villes et des valeurs qui engendrent des services écosystémiques en faveur de la protection de l’environnement. Son entreprise sociale aide gouvernements et sociétés à transformer les défis du développement durable en opportunités d’instaurer la prospérité économique, sociale et environnementale.

Mme Nicole Dättwyler Suárez, responsable de formation entrepreunariale, Acción Emprendedora, Chili

Mme Dättwyler a abordé l’impact sur la jeunesse chilienne de la pauvreté, du manque d’opportunités de travail ainsi que de compétences professionnelles et gestionnaires adéquates. L’organisation Acción Emprendedora stimule chez les jeunes leur potentiel d’entrepreneur afin de les aider à échapper à la pauvreté. L’organisation considère que tous les jeunes et tous les adultes possèdent la capacité de développer leur esprit d’entreprise. Elle veille en outre à relier le processus d’apprentissage à une culture de la paix et de la liberté ainsi qu’à l’acquisition de compétences commerciales. Les acquis peuvent ainsi être appliqués au quotidien pour améliorer la vie des individus et de leurs communautés.

Mme Ana Puhac, étudiante à l’University College de Londres et membre du groupe de défense Earth in Brackets (La planète entre parenthèses), Croatie

Mme Puhac est intervenue sur la pérennité, la relation entre ville et nature, et sur la création de nouveaux imaginaires urbains pour des villes plus vertes et plus égalitaires, inclusives et démocratiques. Elle a défendu l’idée que le rôle des dirigeants, des praticiens et des citoyens ne consiste pas à résoudre les questions d’environnement, mais à négocier des espaces de différence, de diversité et d’interconnectivité – non pas pour parvenir à un consensus sur une seule approche correcte, mais pour laisser la place à de multiples alternatives donnant naissance à une ville résiliente.

Mme Graciela Messina, chercheure à l’institut panaméricain de haute gestion d’entreprise (IPADE), Mexique

Mme Messina a présenté ses conclusions tirées d’études de cas sur la vie de 11 jeunes latino-américains. En dépit de leurs origines diverses, ils partagent l’expérience d’être responsables de projets communautaires. L’analyse de ces 11 études de cas reposait essentiellement sur les questions suivantes : Comment les jeunes créent-ils une communauté ? Comment en font-ils eux-mêmes partie ? Comment les organisations locales et internationales de la société civile favorisent-elles cette démarche créative ? Comment les communautés de jeunes et les municipalités sont-elles rapprochées dans cette démarche ? L’étude est parvenue à la conclusion que si les organisations de la société civile et les organismes internationaux de développement établissent le lien entre jeunes et activités et projets municipaux, les jeunes sont aussi des acteurs déterminants puisqu’ils sont fréquemment créateurs et responsables de ces initiatives. Les animateurs de jeunes en Amérique latine ont pour caractéristique leur dynamisme, qui leur permet de vivre dans le présent et de se réinventer dans une situation d’incertitude et de précarité professionnelle. Ces contextes difficiles appellent à construire de nouvelles configurations pour les politiques et pour les approches  et opportunités d’apprentissage.

Mme Charmaine Picardo, ambassadrice des droits à la santé sexuelle et reproductive, Service d’information sud-africain sur le VIH et le sida (SAfAIDS), Zimbabwe

Mme Picardo a souligné l’importance de déployer l’apprentissage tout au long de la vie dans le domaine de la santé et du bien-être, et d’autonomiser les citoyens afin qu’ils adoptent des modes de vie plus sains. Elle est convaincue que les villes apprenantes peuvent contribuer à la santé et au bien-être des citoyens, en investissant dans le perfectionnement des compétences des jeunes. Elle a également souligné l’importance de la participation des jeunes citoyens à la formulation des politiques, et appelé à reconnaître l’expertise des jeunes dans les technologies de communication, les arts, l’innovation industrielle et scientifique. Mme Picardo a par ailleurs attiré l’attention sur l’initiative modèle d’ONUSIDA pour traiter les questions de santé et de bien-être, Mettre fin à l’épidémie de sida : les villes s’engagent.

Download: La Déclaration des jeunes sur les villes apprenantes : effet multiplicateur 3x3x3x3