Accueil

Webinaires de l’UNESCO/Observatoire PASCAL : « Les villes apprenantes se remettent du COVID-19 : de la recherche à la pratique – Le défi de l’inclusion »

15 juillet 2020

Le 17 juin 2020, l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL) et l’Observatoire PASCAL ont organisé le premier webinaire d’une nouvelle série intitulée « Les villes apprentantes se remettent du COVID 19 – de la recherche à la pratique ». Ce webinaire a porté sur le défi de l’inclusion dans les villes apprenantes en s’appuyant sur les travaux de la Quatrième conférence internationale sur les villes apprenantes. M. Raúl Valdés Cotera, de l’UIL, a introduit le sujet, suivi d’une allocution d’ouverture par Michael Osborne, Professeur d’éducation des adultes et d’apprentissage tout au long de la vie à l’université de Glasgow et directeur de l’Observatoire PASCAL pour l’Europe, avant que le séminaire ne démarre avec des présentations sur les initiatives des villes de Medellín, Mantes-la-Jolie et Melton, par leurs représentants.

La spécialiste des programmes à l’UIL, Mme Marie Macauley, a dirigé les débats et souligné que ce webinaire s'appuie sur la Quatrième conférence internationale sur les villes apprenantes organisée à Medellín en Colombie, en septembre 2019. Elle a rappelé qu'au cours des deux derniers mois, l'UIL a répondu aux questions liées au COVID-19 de diverses manières, notamment par une série de webinaires en amont de celle-ci. Elle a ajouté que cette nouvelle série, organisée conjointement avec PASCAL, sera consacrée à des thèmes de recherche sur les villes apprenantes et leurs implications pratiques.

Dans son allocution d’ouverture, Raúl Valdés Cotera a rappelé aux participants que la conférence de Medellín avait deux principaux objectifs. Le premier consistait à mieux faire comprendre l'inclusion en tant qu’élément de l'apprentissage tout au long de la vie et du développement durable. Le second était de donner aux villes l'occasion de partager leurs expériences sur la mise en œuvre d'actions locales qui promeuvent l’inclusion grâce à l'apprentissage tout au long de la vie et qui ont un impact sur les groupes vulnérables. Il a souligné que dans cette nouvelle série de webinaires, les connaissances que l’Observatoire PASCAL est en mesure d'offrir enrichiront le débat grâce à leur dimension hautement interactive, ce qui permettra d’ouvrir un dialogue basé à la fois sur la recherche et sur la pratique.

Face aux défis de l'inclusion, il a évoqué les nombreux problèmes auxquels les villes sont confrontées à mesure qu'elles se développent, en particulier les questions concernant les infrastructures. Les individus viennent dans les villes à la recherche d'une vie meilleure, d'une plus grande sécurité, de services de base et d'un travail décent. Les opportunités d'apprentissage doivent être de haute qualité, s’adresser à des personnes d'horizons divers et être accessibles à tous. Les villes doivent certes se concentrer sur la mise en place d’infrastructures physiques inclusives, en particulier pour les personnes en situation de handicap, mais elles ne doivent pas oublier l'apprentissage inclusif dans toutes ses modalités (formelles, informelles et non formelles) ni la culture de l'inclusion sociale dans toutes les sphères et tous les espaces (familles, communautés, lieux de travail, bibliothèques, musées, plateformes numériques, etc.).

Michael Osborne a rappelé que l'Observatoire international PASCAL travaille dans le domaine des villes apprenantes depuis plus de 20 ans. Il a évoqué les recherches menées en collaboration avec le professeur Norman Longworth et d’autres collègues en Europe, qui ont servi de fondement à une grande part du travail du PASCAL, et a souligné que le concept de la ville en tant que lieu d’apprentissage est ancien. PASCAL entretient lui-même des réseaux de villes apprenantes depuis plusieurs années. M. Osborne a cité quelques concepts clés qui sous-tendent le développement des villes apprenantes et qui ont été discutés dans un rapport rédigé par lui-même et Sergio Hernandez pour la conférence de Medellín. Parmi ces concepts figurent : les sociétés apprenantes ; les connaissances formelles, non formelles et informelles ; les connaissances indigènes ; l’équité; le collectivisme et l’individualisme ; les cadres réglementaires et politiques ; la collaboration intersectorielle ; la co-construction des connaissances, etc. Il a signalé que l'aspect du savoir autochtone est souvent absent des discussions sur les villes apprenantes et a cité le cas de Victoria, au Canada, excellent exemple d'exception à cette tendance. Il a mentionné d'autres villes dans le monde qui concentrent leurs efforts sur des groupes défavorisés spécifiques, et a donné des exemples d'initiatives spécialement conçues pour les migrants, les jeunes, les seniors, les prisonniers, les personnes en situation de handicap et les habitants des bidonvilles et des quartiers défavorisés. Il a également souligné les disparités entre les différentes initiatives et déploré que la plupart du temps, les débats sur les villes intelligentes ne fassent aucune mention de l'apprentissage. M. Osborne a rappelé que les personnes âgées, en situation de handicap et les prisonniers sont largement laissés pour compte dans le développement des villes, et a invité le public à réfléchir sur quelques questions :

  • Quels leviers les villes peuvent-elles utiliser pour faciliter l'inclusion dans l'éducation?
  • Comment les villes tiennent-elles compte des besoins et des demandes des groupes exclus ?
  • Existe-t-il des meilleures pratiques de prestation de services « combinés » pour promouvoir l’apprentissage inclusif?
  • L'inclusion est-elle suffisante ou devons-nous modifier la nature des institutions?
  • Que pouvons-nous apprendre des réponses au COVID-19?

Medellín, ville apprenante de l’UNESCO et de l'Observatoire PASCAL, Colombie

Medellín est membre du Réseau mondial des villes apprenantes (GNLC) et a récemment rejoint le Réseau PASCAL des villes apprenantes (LCN). Mme Alexandra Agudelo Ruiz, secrétaire municipale pour l'éducation, a commencé par donner un aperçu de l’évolution de la situation. Dans les années 1990, la Colombie a vécu une criminalité extrême en grande partie liée à la drogue, et Medellín était considérée comme l'une des villes les plus dangereuses du monde. Aujourd'hui, elle a amélioré ses services de santé et d'éducation en vertu des principes de lutte contre les inégalités. Medellín a mis en place des politiques éducatives musclées qui ont contribué à améliorer son infrastructure sociale, notamment de vastes investissements financiers destinés à répondre à la diversité des étudiants, qui est une préoccupation centrale. Mme Agudelo Ruiz a attiré l’attention sur le soutien de Medellín aux personnes en situation de handicap dans l’enseignement primaire et secondaire, ainsi qu’aux enfants mineurs malades et hospitalisés. Elle a également signalé qu'en Colombie, quelque 25 659 enfants et adolescents nécessitant une protection internationale indépendamment de leur statut national et d'immigrants, bénéficient d'une éducation et d'une protection complètes. Enfin, Mme Agudelo Ruiz a ajouté que la priorité absolue est donnée aux sciences, à la technologie, à l'ingénierie et aux mathématiques, et ce plus particulièrement pour les étudiantes.

Mantes-la-Jolie, ville apprenante de l’UNESCO, France

Mme Aminata Diawara, chargée de mission Ville apprenante, a fait une présentation au nom de Mantes-la-Jolie, ville apprenante de l'UNESCO. Elle a déclaré que les régions limitrophes de la ville ont été fortement affectées par la COVID-19 et que le confinement est resté en place pendant plus de deux mois. C'est l'une des régions les plus pauvres des environs de Paris. L’engagement politique pour développer Mantes-la-Jolie en tant que ville apprenante, y compris de la part du maire, y est très fort, et c'est la deuxième ville en France à avoir adopté le Cadre de la ville apprenante. Mantes-la-Jolie entretient des échanges réguliers avec d'autres villes apprenantes françaises, dont Clermont-Ferrand, Evry-Courcouronnes et Montpellier, et est co-leader du groupe « inclusion et équité » du GNLC. La ville a réalisé de nombreuses interventions pendant la pandémie de COVID-19, notamment la mise en place de nouveaux services municipaux tels que la fourniture d'ordinateurs portables à 250 familles d'élèves du primaire, et des tutorats réalisés par des jeunes pour les familles et les élèves. Mme Diawara a également fait état d'initiatives citoyennes pour fabriquer des masques et développer une plateforme spéciale pour les membres de la communauté âgés de 65 ans et plus.


Melton, ville apprenante de l’UNESCO, Australie

Mme Cassandra Connelly, responsable des projets d'apprentissage tout au long de la vie pour la ville de Melton, a indiqué que sa ville est l'une des municipalités à la croissance la plus rapide d'Australie. Autrefois petite ville, elle est maintenant devenue une banlieue animée du Grand Melbourne. Cette croissance rapide a nécessité la création, pour les citoyens, de centres communautaires supplémentaires et de lieux de réunion et d’apprentissage dans un environnement social. Afin de répondre aux besoins et aux intérêts de la communauté, la ville a recours à des processus de retour d’information informels et formels, puis elle agit en fonction des résultats et modifie les programmes en conséquence. Ces processus utilisent pour cela une logique de programme et un système d'évaluation dans un souci de satisfaction des besoins et de la demande. Afficher plus

Afficher moins

L'organe de gouvernance, le Community Learning Board, est composé de personnes issues de divers secteurs du Conseil et de parties prenantes externes, et travaille sur le bien-être économique, social, personnel et culturel pour tous. La création du Melton Learning Directory a été un moyen d'atteindre la communauté, à l’instar du Festival d'apprentissage annuel. L'équipe d'apprentissage constate également une augmentation du nombre de personnes qui n'ont jamais participé à un espace virtuel. La ville cible à présent 200 personnes âgées et des participants à des programmes non anglophones afin de leur donner des cours de littératie numérique dans le cadre d’une initiative de littératie numérique mobile.

 

Débat

Mme Macauley a ouvert le débat sur les sujets évoqués par les participants, à savoir : inclusion dans l'éducation ou éducation inclusive; le rôle de l'apprentissage et de l'éducation des adultes dans la promotion de l'inclusion; les réponses à la pandémie et les perspectives après le COVID-19; l'éducation en prison; interventions de lutte contre la violence et d’apprentissage tout au long de la vie.

Inclusion dans l’éducation ou éducation inclusive

La plupart des réponses aux questions concernant ce sujet relèvent du domaine rural/urbain. Medellín propose des activités d'apprentissage dans les communautés défavorisées en utilisant du matériel imprimé et la radio, indépendamment de leur emplacement géographique. Grâce à la technologie, la ville tente en outre d’atteindre les zones rurales défavorisées. Melton, bien que n’offrant pas elle-même d’opportunités pour les apprenants ruraux défavorisés, signale que l’Australie mise au niveau national sur l'utilisation d'une plus grande connectivité à large bande pour accroître la participation à l'apprentissage. Mantes-la-Jolie est essentiellement urbaine et n'a pas de zones rurales défavorisées. Cependant, une attention particulière est accordée aux familles qui ne possèdent pas d'appareils électroniques. PASCAL a souligné que les petites localités sont généralement « laissées pour compte » dans de nombreuses initiatives axées sur les villes et a fait savoir qu’il s’emploie à développer des communautés d'apprentissage dans ces localités. Afficher plus

Afficher moins

Le role de l’éducation des adultes et de l’apprentissage tout au long de la vie dans la promotion de l’inclusion

De nombreuses initiatives d'apprentissage continuent de mettre l'accent sur les enfants et les jeunes, et bien qu'un certain nombre de villes aient envisagé la participation des parents et des grands-parents à l'apprentissage familial, le lien établi avec l'apprentissage des adultes fait souvent défaut. Si de multiples observations ont été faites sur les inégalités numériques et Internet, on a moins parlé de la précieuse contribution de l'alphabétisation des adultes à l'apprentissage intergénérationnel. À Melton, diverses activités ont été offertes aux seniors pendant la pandémie, par exemple des spectacles locaux pour les adultes vivant dans l’isolement. Des cours en ligne de danse, de yoga et de technologie ont favorisé l'implication des personnes âgées et la ville a choisi de proposer une formation sur l'utilisation de plateformes de vidéoconférence pour faciliter les contacts avec la famille et les amis. La promotion de la vie sociale des seniors est également à l'ordre du jour à Mantes-la-Jolie, où l’on reconnaît l'importance des outils numériques. À Medellín, le Secrétariat à l'inclusion sociale et à la famille a conçu un programme pour les personnes âgées axé sur le développement de l'apprentissage des familles, la fourniture de nourriture et la garantie d’un environnement sûr.

Les réponses à la pandémie et les perspectives après COVID-19

De manière générale, la pandémie de COVID-19 a rendu les inégalités plus visibles. Mais elle a aussi contribué à mettre en évidence la valeur de l'apprentissage intergénérationnel. Parmi les meilleures réponses pour lutter contre l'exclusion, on citera la radio multiplateforme, la télévision ainsi que les approches numériques. Des formes nouvelles de participation sont ainsi apparues via la chaîne YouTube et d'autres sources.

Michael Osborne a cité de très bons exemples de développement communautaire et d'engagement auprès des générations âgées et des personnes exclues pendant la pandémie à Glasgow, ainsi que des exemples d’offres d'apprentissage en ligne pour les adultes. La prestation de services éducatifs par les villes devrait être davantage liée à d’autres services, et l’apprentissage devrait être placé au cœur de tous les services. La crise a fourni une opportunité concrète de discuter et d'évaluer l'importante relation entre la santé et l'éducation, et le dialogue entre les différents secteurs est crucial si l’on veut mieux répondre aux crises.

Dans certaines villes, l'éducation non formelle et l'apprentissage familial ont été encouragés pendant la pandémie en tant que nouvelle modalité, mais sans accorder beaucoup d'attention à l'apprentissage des adultes. Il y a cependant des exceptions. À Melton, de nombreux enseignants ont participé à la promotion d'activités à domicile dont profitent toutes les générations, comme la cuisine ou le jardinage. À Medellin, l'éducation non formelle telle que la formation et l'enseignement technique est très importante dans la mesure où elle atteint plus de 1,5 million de citoyens. Mantes-la-Jolie a lancé son été éducatif stratégique avec des bénévoles et différents partenariats, et propose des activités à la fois dans le secteur formel et non formel.

Éducation en prison; interventions de lutte contre la violence et d’apprentissage tout au long de la vie ; approches d’évaluation et de suivi.

Tous ces sujets ont suscité des questions de la part des participants mais il n’a pas été possible d’y répondre sur le moment. Parmi ces questions et ces commentaires, citons notamment :

  • Avons-nous des preuves de l'impact des initiatives réalisées dans les prisons?
  • La raison pour laquelle les activités de la ville apprenante intègrent rarement les détenus dans les pays en développement, est que les facilitateurs risquent d’interagir avec des personnes que les dirigeants souhaitent éventuellement cacher dans les prisons.
  • Pouvons-nous utiliser l'approche des villes apprenantes pour aider à freiner la recrudescence de la violence sexiste dans les villes et à la maison en raison de la COVID-19 ?
  • À Medellín, existe-t-il une initiative d'inclusion spécifique axée sur la consolidation de la paix dans les quartiers défavorisés ?
  • Quels indicateurs ont été utilisés pour réaliser le suivi du rapport entre les programmes d'éducation/d’apprentissage tout au long de la vie et les améliorations sociales ?
  • Quel est le degré d’efficacité des villes apprenantes pour améliorer leur collecte de données et d'informations sur les personnes de différents groupes, y compris celles issues de groupes marginalisés, ainsi que sur leur apprentissage formel et non formel ?

Michael Osborne a répondu que ces questions, parmi d'autres, montrent que les participants ont établi un agenda de recherche complet et très important pour l'avenir. Les prochains webinaires UIL / PASCAL sont prévus pour les mois de juillet, septembre, octobre et novembre. M. Raúl Valdés Cotera a clôturé ce webinaire en exprimant ses remerciements à tous les participants.

Le résumé a été rédigé par Michael Osborne, Université de Glasgow/Observatoire PASCAL, avec le soutien de Sergio Hernandez, Université de Glasgow ; Jac Torres Gomez, ville de Wyndham ; et Leone Wheeler, Australian Community Learning Network/Observatoire PASCAL.