Accueil

Projet pilote Système Interactif Transformemos Educando dans le département du Guainía, Colombie

  • Date published:
    17 janvier 2014
Sistema Interactivo Transformemos Educando in the Department of Guainía

Présentation générale du programme

Titre du programme Projet pilote Système Interactif Transformemos Educando dans le département du Guainía : utilisation de tablettes tactiles et d’un logiciel éducatif multilingue pour l’alphabétisation et l’éducation secondaire des adultes
Organisation chargée de la mise en œuvre Fondation pour le Développement social Transformemos
Langues d’enseignement curripaco, sikuany, piapoco, puinave et espagnol
Partenaires Gouvernement du Guainía et ministère de l’Education nationale
Date de création Date de création du Système Interactif Transformemos Educando : 2006.
Date de commencement du projet pilote : 2013

Historique et contexte

La Fondation Transformemos, une organisation de la société civile, lauréate du Prix UNESCO Confucio, a introduit le système interactif Transformemos Educando dans 780 institutions éducatives officielles durant les sept dernières années. Son objectif est de démontrer qu’il est possible de mener à bien une éducation pertinente, flexible et officielle, équivalente à l’éducation primaire et secondaire pour les jeunes et les adultes, à travers des institutions éducatives officielles, avec un logiciel éducatif multilingue pour tablettes tactiles. Le Système Interactif Transformemos ne coûte que 300 dollars par étudiant et est composé d’un logiciel éducatif pour tablettes tactiles couvrant toutes les matières scolaires, du premier degré jusqu’à la fin de l’éducation secondaire. Ce chiffre couvre le paiement des enseignants licenciés, l’achat d’une tablette tactile pour chaque étudiant et enseignant, la mise à disposition du logiciel éducatif, l’installation d’une salle de classe interactive pour 30 étudiants, la formation des enseignants et le suivi et évaluation de tout le processus. Chacun de ces points représente les objectifs que s’est fixés la Fondation Transformemos depuis qu’elle a créé le premier logiciel éducatif pour salles de classe interactives en 2010. Aujourd’hui, ce logiciel a été adapté aux tablettes tactiles.

Parmi les résultats de l’initiative obtenus, outre q’elle assure une éducation de qualité, , on peut citer :
- un accès plus facile aux nouvelles technologies pour 320 000 jeunes et adultes vulnérables ;
- la formation de 12 000 enseignants à l’éducation des jeunes et adultes ;
- la remise de 1 200 000 matériels didactiques imprimés (livres) régionalisés en fonction de la culture, du potentiel et des nécessités de chaque population desservie ;
- la création de 2 000 salles de classe interactives comportant le logiciel éducatif Transformemos installé sur chaque ordinateur portable et un projecteur.

A partir de 2013, chaque étudiant aura sa propre tablette avec le logiciel Transformemos. Les matériels pédagogiques interactifs sont conçus en fonction de la population cible et les standards établis par le ministère de l’Éducation.

En 2013, la Fondation a initié un projet pilote en utilisant des tablettes et un logiciel éducatif avec les communautés multilingues du département du Guaína. Les taux élevés d’abandon scolaire de la région, l’analphabétisme au sein des communautés indigènes et la volonté politique du gouvernement local de faire de l’éducation un instrument qui facilite le développement dans cette région marginalisée sont les raisons qui ont motivé le développement du programme.

Le Département du Guainía – situé dans la zone sylvestre colombienne entre le bouclier guyanais et l’Amazone – compte 40 985 habitants dont 80% sont indigènes. Conformément aux études du Département national de statistiques (Departamento Nacional de Estadística – DANE) et du ministère de l’Éducation, 18,3% de la population sont illettrés. Sur 100 enfants qui entrent dans le premier degré de primaire, seulement 11 arrivent au degré 11, le bachillerato (baccalauréat), ce qui représente un taux d’abandon de 89%. De ce fait, durant les 10 dernières années, plus de 10 000 jeunes ont abandonné le système éducatif officiel sans finir leurs études. 78,8% de la population – 30 202 habitants – vivent dans la pauvreté extrême, ce qui se reflète dans les taux élevés de grossesses chez les adolescentes (34%) et la mortalité infantile.

Face à cette grave situation sociale, le Gouvernement du Département a accepté la proposition d’introduire dans ses établissements éducatifs officiels le Système Interactif Transformemos Educando, ce qui a nécessité un travail de mobilisation de 3 600 jeunes et adultes illettrés, dont 89% ont entre 18 et 59 ans. Le programme se base sur des matériels didactiques interactifs respectant les spécificités de la région où jusqu’à 4 langues indigènes sont parlées en plus de l’espagnol. L’initiative est également conçue pour embaucher et former les enseignants ainsi qu’harmoniser le Système Interactif Transformemos Educando avec les mécanismes déjà existants dans chacun des établissements éducatifs officiels.

Le point de départ de ce projet pilote a été une recherche de base sur le contexte du Guaínia qui répondait à cette question : éduquer dans le département du Guainía, pour quoi et qui ? Cette recherche a été coordonnée par la Fondation Transformemos, avec le soutien d’un groupe spécialisé dans l’éducation ethnique de la région. L’information a été recueillie de la manière suivante :

  1. entretiens avec les autorités éducatives de la région (Secrétariat d’Éducation, division d’éducation des jeunes et adultes, recteurs des institutions éducatives, enseignants) ;

  2. révision des monographies descriptives de la région, études linguistiques, archéologiques et anthropologiques sur les ethnies, études écosystémiques, économiques et sociales développées par les universités nationales et internationales, les instituts de recherche et les ministères entre autres.

L’information recueillie a permis de définir une stratégie d’éducation multilingue avec le soutien des TIC qui vise à : préserver la richesse culturelle exprimée dans les langues ; contribuer à la construction d’une citoyenneté ethnique capable de construire des nouvelles perspectives ; faciliter l’inclusion de ces communautés si diverses dans un projet de nation équitable; formuler les contenus des modules d’alphabétisation pour l’éducation primaire et secondaire.

Le programme Transformemos

Objectifs

Objectif général : contribuer à la préservation et défense des communautés vulnérables, de leurs cultures et de leurs droits, à travers un programme d’apprentissage équivalant à l’éducation formelle officielle, qui permette à ces communautés de se transformer en générateurs de développement et de paix.

Objectifs particuliers :

  • Faciliter la construction d’une nation pluriethnique et multiculturelle à travers l’éducation multilingue des communautés ethniques et des populations vulnérables.
  • Contribuer à l’équité, l’égalité et la préservation des communautés ethniques à travers une éducation contextualisée et significative.
  • Faciliter l’accès des communautés vulnérables à la société du savoir à travers l’inclusion dans les cultures digitales.
  • Contribuer au respect des droits des communautés ethniques qui habitent les régions marginalisées à travers une formation respectueuse de leurs cultures, langues maternelles et intérêts.
  • Développer des processus éducatifs de haute qualité avec les institutions éducatives officielles des communautés ethniques marginalisées à travers l’utilisation et l’appropriation des nouvelles technologies.
    -Doter le Département du Guainía d’un Système interactif d’éducation qui garantisse aux jeunes et aux adultes la continuité de leurs études jusqu’à la fin de l’éducation secondaire et qui leur décerne des certificats en conformité avec les normes établies par le ministère de l’Éducation nationale.
  • Réduire l’abandon scolaire des enfants, étant donné que le programme a réussi à réintégrer les pères, mères, oncles et grands frères dans le système éducatif officiel. A présent dans chaque groupe familial il y a une tablette tactile grâce à laquelle tous peuvent poursuivre leurs études.

Image

Recrutement et formation des facilitateurs

Afin de garantir que les ressources humaines formées restent dans la zone marginalisée, le programme veille à ce que les professeurs licenciés de l’éducation primaire et secondaire soient de la région, travaillent aussi dans l’éducation régulière (enfants) et aient connaissance d’une langue indigène. Selon ce qu’établit la législation colombienne, leur rémunération dépend du nombre d’heures travaillées dans la salle de classe pour chaque cycle d’éducation primaire (264 heures pour le cycle 1, qui inclut l’alphabétisation, et 264 heures pour le cycle 2), 400 heures pour chaque cycle d’éducation de première partie de secondaire (cycles 3 et 4) ; 220 heures pour chaque cycle de seconde partie de secondaire (cycle 5 et 6) (les deux secondaires correspondent au bachillerato). L’heure est payée 6 dollars.

Image

Les enseignants reçoivent une formation continue composée de :

  1. un atelier initial de trois jours (20 heures) sur la méthodologie et les fondements basiques de l’éducation des jeunes et adultes, tels que le climat dans la salle de classe, la flexibilité et les caractéristiques de la population ;
  2. un atelier initial de deux jours (14 heures) sur les interventions didactiques avec textes et tablettes tactiles ;
  3. un atelier de suivi de un jour (10 heures) sur la pratique dans la salle de classe, la didactique et les pédagogies actives, avec un accent mis sur l’emploi d’interventions didactiques à l’aide du Système interactif, les différences avec l’éducation traditionnelle et les défis de fournir un apprentissage sensé ;
  4. un atelier de fermeture et d’évaluation avec une analyse prospective du projet de un jour (8 heures).

Inscription des étudiants

Afin de déterminer le nombre d’étudiants du programme, la base de données du Secrétariat d’Éducation et les statistiques du ministère de l’Éducation sur l’analphabétisme et l’éducation primaire et secondaire inachevée ont été utilisées. Sur la base de cette estimation, les inscriptions ont été ouvertes aux étudiants qui ont eu connaissance de l’existence des possibilités offertes à travers :

  1. des avis dans les émissions locales diffusées dans les différentes langues indigènes et en espagnol ;
  2. des textes courts en langues indigènes remis dans des lieux fréquentés, avec le lieu et la date des convocations ;
  3. des visites des communautés indigènes, entretiens avec leurs leaders et discussions avec la communauté en différentes langues ;
  4. des réunions avec les recteurs des institutions éducatives ;
  5. des visites porte à porte et réunions dans les quartiers des communautés.

Les traducteurs ont soutenu le processus aux points d’inscription dans le cas où certaines personnes ne comprendraient pas bien l’espagnol.

Étant donné que ce type d’initiatives n’avait encore jamais eu lieu, les étudiants se sont sentis attirés par les convocations, spécialement pour pouvoir utiliser les tablettes tactiles. Actuellement, les étudiants sont constants dans leurs études pour diverses raisons. Premièrement, ils sont attirés par l’opportunité de parler leur propre langue dans la salle de classe, en plus d’utiliser le logiciel multilingue qui facilite l’utilisation des quatre langues indigènes et de l’espagnol dans la salle de classe. Dans le cas de l’alphabétisation, ils sont motivés par l’opportunité d’apprendre à lire et écrire et développer des savoirs proches de leur culture, en plus des sciences naturelles, des sciences sociales, des mathématiques et de l’espagnol. D’autres facteurs de motivation incluent l’utilisation des vidéos du logiciel éducatif et le fait que leurs compagnons sont de la même communauté, et dans certains cas, de la même réserve indigène. En outre, ils peuvent à présent soutenir leurs enfants dans le développement de leur processus éducatif, pendant que toute la famille étudie avec la tablette.

Image

Approches/méthodologies d’enseignement et d’apprentissage

La méthodologie d’enseignement et d’apprentissage est une méthodologie interactive – productive. La pratique de la salle de classe commence avec la projection du logiciel éducatif sur le mur depuis la tablette tactile. Chaque étudiant peut observer la session de classe sur sa tablette et l’enseignant utilise l’image amplifiée pour guider le travail. Les étudiants s’organisent en sous-groupes en fonction de la langue qu’ils maîtrisent. Avec les textes imprimés et le logiciel, les étudiants élargissent leur savoir contextualisé préalablement par les enseignants avec des exemples, des vidéos, des images et des lectures. Dans la perspective constructiviste du Système interactif, la construction du savoir de la part de l’étudiant doit se baser sur la compréhension, en d’autres termes, établir des relations significatives entre la nouvelle information et celle qu’il possède déjà. En ce qui concerne l’information qui n’a pas de relations significatives pour l’étudiant à cause de sa spécificité, des stratégies d’intervention didactique doivent être définies. Il faut privilégier la construction collective des savoirs durant les rencontres avec les étudiants.

Avec ce matériel, les étudiants réalisent des travaux individuels et en groupe au sein ou en dehors de la salle de classe. Ces travaux sont ensuite présentés, discutés et enrichis par le groupe avec la médiation de l’enseignant. Pendant que les étudiants apprennent à lire, écrire, et calculer, le logiciel facilite l’approche de contenus en relation avec les sciences sociales et naturelles, la culture citoyenne et multiethnique, le développement humain et social. Tous les étudiants emmènent leur tablette à la maison afin de réaliser des travaux individuels, étudier ou présenter la nouvelle information à leur famille ou leur communauté.

Pour affronter le défi d’éduquer les communautés multiethniques, l’approche adoptée est la suivante :

  1. les personnes qui s’identifient avec une culture différente de la culture dominante ne sont pas assimilées, nous permettons au contraire qu’elles conservent leur adhésion à des identités culturelles diverses ;
  2. l’objectif est d’assurer une coexistence authentique, car les différences peuvent être l’expression de l’authenticité personnelle et culturelle ;
  3. le respect actif qu’une culture différente mérite se base sur le respect de l’identité des personnes qui la constituent ;
  4. comprendre d’autres cultures est indispensable pour comprendre sa propre culture.

Les étudiants suivent un curriculum de matières d’étude intégrées, pertinent et flexible, qui respecte les standards basiques d’éducation nationale. Pour cette raison, les étudiants sont évalués continuellement, à travers la présentation fréquente de leurs travaux en groupe et de manière individuelle, à travers des examens standardisés qui se trouvent à la fin de chaque unité thématique des textes. En fonction de leur réussite, les étudiants bénéficient d’une promotion de leurs enseignants et reçoivent un certificat de réussite correspondant à celui de l’éducation formelle.

Image

Soutien financier

Afin de développer ses projets, la Fondation dépend des ressources d’entités telles que le ministère de l’Éducation nationale, les Secrétariats d’Éducation, les organisations de soutien international ou les entreprises privées. Étant donné qu’il s’agit d’un processus d’éducation formelle, tout le processus d’éducation se fait à travers le système d’éducation officiel, avec ses infrastructures scolaires et son personnel administratif.

Suivi et évaluation

Le suivi du projet pilote se fait par :

  1. le contrôle des salles de classe par un professionnel assigné en permanence pour ce travail, avec des instruments de suivi ;
  2. des réunions avec les recteurs des institutions éducatives pour connaître leur avis sur le processus éducatif et son introduction, étant donné qu’ils sont les responsables directs de chaque institution ;
  3. des rencontres avec les enseignants durant un second atelier de formation de 10 heures, pour donner un feed-back sur la méthodologie et sceller les changements dans la pratique de l’enseignant permettant de s’orienter vers des pédagogies actives ;
  4. des informations sur le processus éducatif, l’impact de la technologie et les aspects logistiques sont recueillies sur un panel de 10% des enseignants et étudiants, à mi-parcours du processus ;
  5. la création de groupes focaux d’enseignants, d’étudiants et de directeurs avec des critères spécifiques afin d’évaluer l’impact une fois finalisé le processus éducatif pour chaque cycle ;
  6. le suivi statistique de la réussite des étudiants, en analysant les chiffres des étudiants promus, non promus et qui se sont retirés ;
  7. l’ensemble de l’information recueillie est analysée et rassemblée dans un rapport final qui est utilisé pour ajuster le processus et assurer sa continuité.

Impact

L’utilisation du logiciel éducatif Transformemos pour les tablettes numériques a apporté des résultats favorables. Ceci est dû à l’expérience acquise dans la mise en œuvre du Système interactif Transformemos durant ces sept dernières années et à l’utilisation du logiciel éducatif depuis 2010. Ces résultats positifs garantissent le soutien financier de l’État et l’accompagnement de la Ministre de l’Éducation et du Ministre des Nouvelles Technologies. En outre, les résultats obtenus ont permis de maintenir le coût par étudiant en-deça de 300 dollars par an, un montant permettant d’acquérir une tablette pour chaque étudiant et enseignant. Pour cette raison, le numéro d’étudiants inscrits dans l’éducation des jeunes et adultes est passé de 600 à 3

600, ce qui représente une croissance de 600%. Les médias nationaux et internationaux ont également en permanence réalisé un suivi du processus éducatif. Selon les rapports sur l’abandon scolaire, (enfants), il est apparu que depuis que les adultes ont commencé à étudier en août, le décrochage scolaire des enfants s’est réduit. C’était auparavant un problème majeur vers la fin de l’année scolaire étant donné que les adultes faisaient travailler leurs enfants et ne les laissaient pas finir l’année. Enfin, à partir de 2014, 20 000 jeunes et adultes de tout le pays recevront le Système interactif Transformemos avec une tablette numérique, financée par le Gouvernement national et différents Secrétariats d’Éducation.

Témoignages

Paola Andrea Cavarte (Étudiante de l’ethnie piapoco, 18 ans):

Le programme Transformemos m’a donné l’opportunité d’étudier. A présent, j’ai du temps pour ma fille et mon mari durant la journée et les soirs je peux étudier. En plus, ils nous donnent des tablettes avec lesquelles nous pouvons faire de la recherche.

Sara Miravan (Étudiante de l’ethnie puinave, 39 ans):

J’ai arrêté d’étudier il y a 23 ans pour élever mes enfants. Je rends grâce à Dieu car Transformemos nous a donné une nouvelle chance. Je travaille dans la vente de parfums par catalogue, donc ça m’aide à me former pour continuer mon commerce.

David Gaitán Rojas (Enseignant et traducteur):

C’est vraiment merveilleux. Qui aurait pensé que les indigènes seraient les premiers à étudier avec des tablettes tactiles et en plus dans nos langues ancestrales, ce qui figure dans la Constitution mais n’avait jamais interessé personne.

Mónica Andrea Patiño López (Enseignante de l’ethnie puinave):

Je suis très heureuse que le programme soit arrivé à notre département, surtout chez les indigènes. Nous en avions vraiment besoin. Il y a beaucoup d’ analphabètes ici dans le village, alors c’est une grande chance pour nous et nos familles. En plus, le fait que le professeur soit de notre ethnie facilite la compréhension de la part des apprenants.

Bernardo Betancur (Recteur de l’Institution Éducative Simón Bolívar):

Nous étions perplexes parce que plus d’une fois on nous a offert un programme pour adultes mais ça n’a jamais marché. Ce programme est novateur car l’étudiant peut travailler à son rythme en utilisant la tablette. Avant, ils s’inscrivaient massivement et abandonnaient très vite. Apparemment, cette fois non. Personne n’aurait pensé avant que quelqu’un pouvait leur enseigner dans leur propre langue. Le programme aide à améliorer le niveau culturel et le niveau de vie.

Voir vidéo sur Youtube: http://www.youtube.com/watch?v=x5lIitAY7as

Voir vidéo sur Vimeo (HD): http://vimeo.com/77629377

Défis

Une fois passé le stade de la préparation, le premier défi a été de convaincre les anciens des communautés indigènes qu’ils acceptent d’avoir des enseignants de leur région plus jeunes qu’eux. Dans leur culture, les anciens sont « les sages », et « les blancs » savent plus que les natifs. Il a fallu beaucoup de dialogue et de concertation pour arriver à leur faire valoriser le talent humain qui réside dans leur culture et leur région. Un autre défi a été la requête des aînés de certaines communautés d’assister aux classes dans un espace différent de celui des jeunes. Dans ce cas, nous avons dû faire cette concession, avec des ajustements logistiques respectifs.

Le plus grand défi provenait des groupes aux niveaux de l’éducation de base et du secondaire, où les apprenants connaissaient très peu d’espagnol et les enseignants ne maîtrisaient pas toutes les langues. Cette situation nous obligeait à avoir dans notre logiciel une traduction complète et exhaustive des textes. Cependant certains thèmes sont difficiles à traduire car il s’agit de concepts scientifiques ou de contenus très spécifiques qui sont nécessaires pour atteindre les standards de compétence déterminés par le ministère de l’Éducation. Dans ces cas, les enseignants doivent privilégier les concepts les plus proches de leur propre conception du monde. C’est un état de fait auquel il faut remédier pardes transpositions didactiques dans les langues natives et par l’enseignement de l’espagnol comme seconde langue pour qu’ils puissent la dominer comme une seconde langue, ce qui nécessite d’augmenter le temps d’enseignement en classe.

Leçons apprises

Une des leçons apprises a été de reconnaître la nécessité d’offrir aux enseignants de ces régions marginalisées la possibilité de redéfinir, à travers la réflexion, leur pratique dans la salle de classe, pour remplacer les méthodologies traditionnelles par des stratégies d’apprentissage actif et autonome, à l’aide du logiciel éducatif.

L’usage du matériel audiovisuel comme les vidéos et les films de courte durée, assure un meilleur climat dans la salle de classe. Il est indiqué d’inclure un haut pourcentage de ce type de matériels dans le logiciel éducatif.

Durabilité

La durabilité du projet est garantie dans la mesure où les étudiants restent inscrits dans le système national de registre officiel. De ce fait, l’État a l’obligation de leur permettre de continuer leurs études et de leur fournir les ressources nécessaires pour le faire.

Sources

Contact

Rodolfo Ardila
Directeur de Développement Social
Fondation pour le Développement Social Transformemos
Km 13 Vía Bogotá, La Calera
Cundinamarca, Colombia
Téléphone: +571 860 95 32
rodolfo (at) transformemos.com

Dernière actualisation: 21 janvier 2014

For citation please use

U. Hanemann (Ed.). Last update: 12 février 2018. Projet pilote Système Interactif Transformemos Educando dans le département du Guainía, Colombie. UNESCO Institute for Lifelong Learning. (Accessed on: 27 November 2021, 18:03 CET)

PDF in Arabic

Related Documents