Accueil

El Trabajo En Red Como Proyecto Educativo (Le réseau comme projet éducatif), Espagne

  • Date published:
    26 février 2016

Présentation du programme

Titre El Trabajo En Red Como Proyecto Educativo (Le réseau comme projet éducatif)
Organisation chargée de la mise en œuvre Centro De Educación Permanente Polígono Sur De Desarrollo Comunitario Ceper (Centre d’éducation continue et de développement communautaire de Polígono Sur)
Langues d’enseignement Espagnol, anglais et la langue maternelle des différents groupes de migrants
Financement Gouvernement
Partenaires Plus de 35 partenaires sont impliqués, y compris des unions et associations de Roms d’Andalousie, des centres pour l’emploi, des stations de radio, des groupes de personnes âgées et des associations communautaires, des universités et associations estudiantines, des écoles et bibliothèques locales, des centres de formation d’enseignants, des hôpitaux et centres de santé mentale et des centres culturels et sportifs.
Date de création 1980

Historique et contexte

En Espagne, le niveau moyen des personnes sachant lire, écrire et compter est des plus faibles parmi les pays de l’OCDE. Beaucoup de jeunes arrêtent les études avec un faible niveau d’alphabétisme et de numératie alors que de très nombreux adultes sont analphabètes. L’enquête internationale sur l’alphabétisation des adultes (PEICA) 2013 de l’OCDE révèle que seul un adulte espagnol sur 20 atteint le niveau d’alphabétisme le plus élevé (niveau 4 ou 5) et que près de trois sur 10 ont un niveau égal ou inférieur au plus faible (niveau 1). Le taux de chômage est élevé chez les Espagnols n’ayant pas achevé le cycle secondaire, passant de 20 % en 2007 à 60 % en 2012. Plus du quart des jeunes adultes espagnols n’ont pas atteint le cycle secondaire (UNESCO, 2014).

Ce défi pour le système éducatif espagnol a été exacerbé par la forte augmentation de sa population immigrée entre 1996 et 2009. Le pays compte entre 650 000 et 800 000 Roms, dont environ le tiers vit en Andalousie. Ils sont pour la plupart confrontés à la pauvreté, à l’exclusion sociale et à un faible niveau d’alphabétisme. Depuis 2001, le gouvernement a mis en œuvre plusieurs initiatives en matière d’éducation qui ont pour cible la population rom. Celles-ci consistent à distribuer du matériel pédagogique, à élaborer des programmes interculturels et à financer des sessions de formation professionnelle (Annuaire mondial des minorités et des peuples autochtones, 2005).

Le quartier Poligono Sur de Séville en Andalousie, plus connu sous le nom Tres Mil Viviendas (Trois mille logements), abrite 40 000 immigrants clandestins (principalement originaires d’Amérique latine, d’Europe de l’Est, du Maroc et d’Afrique subsaharienne). Isolé du reste de la ville par des barrières physiques et sociales, ce quartier connaît un fort taux d’analphabétisme, de chômage, d’actes de vandalisme et de toxicomanie.

La situation économique de l’Espagne, le taux de chômage élevé et l’abandon scolaire précoce des jeunes espagnols ont amené le centre local pour l’éducation des adultes à proposer un programme visant à promouvoir l’éducation pour la vie ainsi que la formation professionnelle. Ce plan avait pour objectif de promouvoir l’intégration sociale en favorisant le développement intégré de l’autonomisation des femmes et de leurs compétences de base avec l’utilisation en priorité de l’approche « apprendre à apprendre ». Il avait également pour ambition de promouvoir l’autonomie et l’initiative personnelle.

L’origine de ce programme remonte à 1980, lorsque 17 professionnels de l’enseignement ont initié un projet destiné à apprendre aux habitants des quartiers pauvres de Séville à lire et à écrire. Ce projet a donné naissance aux centres locaux d’éducation des adultes, intégrés par la suite à la Red de Centros Públicos para la Educación de Personas Adultas (Réseau de centres publics pour l’éducation des adultes), un élément essentiel des efforts de lutte contre l’analphabétisme du gouvernement régional andalou. Le programme compte non seulement sur l’appui du gouvernement, mais aussi sur le soutien des associations de quartier et des résidents de Poligono Sur qui s’engagent pour l’éducation et son rôle dans les communautés en expansion et la promotion de l’inclusion sociale. Ces soutiens de l’éducation reconnaissent la justesse de la devise du poète et éducateur José Marti : ‘Ser cultos, para ser libres’ (S’éduquer pour être libre).

Image

Présentation du programme

Depuis plus de 30 ans, le Centre pour l’éducation continue de Poligono Sur intervient dans les six quartiers de Séville les plus frappés par l’exclusion sociale. Sa méthodologie consiste à assurer un travail d’équipe coordonné au sein d’un réseau comprenant des agents affectés à Poligono Sur et à mettre sur pied un plan éducatif pour la localité. Cette approche est sous-tendue par la conviction que pour assurer l’éducation continue des populations, il convient de créer des parcours de formation spécifiques alliant formation continue et formation professionnelle. Les sections ci-dessous présentent les principaux parcours du programme.

Action en direction des groupes menacés d’exclusion sociale

Ce travail comprend :

  • un programme d’alphabétisation ;
  • un programme d’éducation à la sécurité routière mis sur pied pour répondre à une forte demande des habitants de la zone qui ont besoin d’un permis de conduire comme outil de travail pour le commerce ambulant. La plupart d’entre eux sont analphabètes ou ont un faible niveau en lecture, qui ne leur permet pas de passer l’examen théorique/pratique du permis de conduire ;
  • des programmes favorisant la compréhension interculturelle ainsi que la promotion de la langue espagnole chez les immigrés. À titre d’exemple, le programme sur le flamenco et la culture rom, qui présente des facettes du patrimoine rom et permet aux populations de mieux vivre ensemble.

Action en direction des jeunes déscolarisés

S’appuyant sur la loi éducative en vigueur en Andalousie et sur les besoins des jeunes de Poligono Sur, le programme a initié les formations suivantes :

  • Alphabétisation des jeunes analphabètes qui totalisaient des absences fréquentes à l’école ;
  • Apprentissage de la lecture : pour les jeunes très tôt déscolarisés, avec un niveau rudimentaire en lecture et écriture ;
  • Formation de base : pour ceux qui n’ont pas achevé le cycle élémentaire. Elle propose deux niveaux de formation selon les compétences des participants ;
  • Assistance pour l’obtention du Certificat d’études secondaires obligatoires (ESO), par le biais de sessions d’études coordonnées avec le personnel enseignant de l’école secondaire Mayor Zaragoza de Séville ;
  • Examen d’entrée aux cours supérieurs d’éducation et de formation professionnelle : programme destiné aux personnes souhaitant poursuivre leur formation et obtenir une qualification supérieure ;
  • Autres programmes d’éducation non formels comprenant des cours sur le développement social et personnel, les TIC, l’anglais et l’entrepreneuriat.

Éducation à la citoyenne active

Elle est dispensée à travers des programmes tels que :

  • Les causeries sur la littérature et la musique : cette initiative calquée sur le modèle de l’école La Vernada de Barcelone a été lancée en 2006–2007 et a permis de promouvoir le dialogue intergénérationnel entre personnes âgées et élèves des écoles locales ainsi que la communication par le biais de l’écrit. Cette activité inclut les élèves de l’élémentaire et du secondaire ainsi que les apprenants adultes (surtout les femmes) qui fréquentent le Centre pour l’éducation continue ;
  • Une troupe de théâtre dénommée No nos duele ná (Nous ne ressentons aucune peine) : fondée par des élèves en 2007–2008 suite aux causeries sur la littérature et la musique, la troupe produit et joue ses propres pièces qui abordent des questions d’ordre social et éducatif.

Éducation pour l’emploi

Ce volet comprend les composantes suivantes :

  • Coopération avec les organisateurs des ateliers sur la formation et l’emploi au niveau du quartier ;
  • Coordination avec le Centre d’orientation professionnelle afin d’offrir une formation à la population à la recherche de travail ;
  • Coordination entre le personnel enseignant pour l’éducation des adultes et les spécialistes des programmes d’emploi en vue d’élaborer un programme de formation adapté aux besoins spécifiques de la population.

Image

Éducation pour l’entreprise sociale et économique

Le personnel enseignant a mis en place cette initiative à l’issue de sa participation aux programmes d’éducation novateurs organisés par le ministère de l’Éducation et l’Agence espagnole du Programme européen d’éducation et de formation. Les projets ci-dessous ont été initiés :

  • ARCE, un réseau d’écoles et d’institutions éducatives publiques pour l’échange de connaissances et d’expériences entre apprenants adultes en Espagne ;
  • Grundtvig un projet financé par l’UE et mis en œuvre par le Programme européen d’éducation et de formation, pour le partage d’informations sur l’utilisation des nouvelles technologies pour l’éducation en Europe ;
  • Comenius Regio, un programme financé par l’UE en collaboration avec la région portugaise de Beja, qui a développé diverses activités, telles que le Programme pour la culture de l’entrepreneuriat et le Projet de jardinage communautaire écologique et socio-éducatif du Centre de formation continue.

Image

Buts et objectifs

Les différentes composantes du travail mené par le programme visent à :

  • passer du développement personnel au développement communautaire afin d’améliorer la qualité de vie ;
  • mettre en valeur la diversité et promouvoir la compréhension interculturelle, et la compréhension de la culture rom en particulier ;
  • offrir aux jeunes déscolarisés des opportunités de retourner à l’école ;
  • promouvoir l’estime de soi et l’intelligence émotionnelle ;
  • développer l’esprit critique ;li>
  • renforcer l’enseignement des valeurs et de l’intégrité ;
  • mettre en place un centre communautaire inclusif permettant aux apprenants de contribuer au développement de leur quartier ;
  • promouvoir le développement personnel et l’intégration sociale ;
  • encourager le vieillissement actif en offrant aux personnes âgées l’opportunité de se mettre à niveau ;
  • renforcer la solidarité intergénérationnelle ;
  • développer les compétences de base, notamment l’acquisition des techniques d’apprentissage, l’autonomie et l’initiative, mais aussi les compétences sociales ;
  • établir une collaboration entre professionnels des programmes d’emploi et éducateurs pour adultes afin d’améliorer la formation et l’accès à la qualification ;
  • créer des jardins communautaires et assurer le suivi de leur développement et de leur entretien. Ce programme dispose d’un espace de 400 mètres carrés, morcelé en 14 jardins où enseignants, apprenants et riverains plantent des légumes organiques et acquièrent des compétences en matière de coopération et de développement durable.

Mise en œuvre du programme

Structure et processus

Le travail des enseignants du Centre pour l’éducation continue de Poligono Sur est supervisé par la direction du centre et encadré par des équipes et des commissions d’enseignement menant une réflexion sur l’économie, la cohésion communautaire et les activités locales et scolaires.

Le programme dure deux ans au total (dix mois par an). Actuellement, il compte 12 professionnels répartis en deux équipes par jour – matin et soir, de 8 heures à 21 heures – pour offrir une plus grande flexibilité aux populations de Poligono Sur.

Méthodologie

L’éducation des adultes n’étant pas obligatoire, les centres pour l’éducation continue ont un accès limité aux ressources nécessaires pour évaluer les besoins des apprenants. Par exemple, le centre ne dispose pas de conseiller en pédagogie corrective qualifié et ne bénéficie pas du soutien de l’équipe d’orientation scolaire. Pour évaluer les besoins d’un apprenant, il travaille en étroite collaboration avec les services communautaires et centres de santé locaux, mais aussi avec d’autres entités et institutions. Le centre organise également des entretiens avec les apprenants afin de déterminer leurs besoins et le type d’assistance adapté à leur situation. Il prend en charge les élèves porteurs de handicap mental ou physique ainsi que les délinquants actuels ou anciens, notamment les participants à medio abierto, le programme du ministère de l’Intérieur pour la réinsertion sociale des détenus. Ces personnes sont prises en charge en collaboration directe avec leurs institutions à travers un dispositif de suivi mensuel ou annuel. Le personnel enseignant du centre sollicite activement l’assistance de collègues d’autres secteurs de l’éducation communautaire, notamment les associations de quartier et les associations sportives et culturelles travaillant la main dans la main avec l’école et d’autres institutions partenaires clés.

Le programme d’enseignement du centre repose essentiellement sur deux principes méthodologiques :

  • Réseautage : cela suppose que le personnel enseignant travaille en équipe pour mobiliser toutes les ressources disponibles à Poligono Sur et qu’il collabore avec les projets mis en œuvre par d’autres institutions, entités, associations et agences sociales intervenant dans la localité ;
  • Promotion de l’égalité de chances d’accès à l’éducation à travers des communautés d’apprenants : les centres sont ouverts à leur quartier, et le personnel s’engage à renforcer la coopération avec les intermédiaires locaux et les agences du quartier et à les associer aux activités de leur centre. Cette approche est basée sur le modèle d’apprentissage dialogique rendu populaire par Freire.

Le respect de ses principes implique un engagement à :

  • mettre sur pied des alternatives aux méthodes traditionnelles d’organisation de l’environnement d’apprentissage ;
  • placer la communauté au cœur du processus d’enseignement/apprentissage ;
  • s’assurer que la formation vise des buts précis et qu’elle est conçue de façon conjointe avec des objectifs clairs ;
  • effectuer une évaluation continue et systématique, qui implique les différents secteurs de la communauté éducative ;
  • créer un environnement adapté pour une participation équitable des élèves, du personnel enseignant, des familles et de la communauté.

Contenu et supports

Les programmes d’éducation du centre sont conçus de façon à répondre aux besoins des communautés cibles et s’étalent sur une durée annuelle fixe.

L’élaboration d’un programme d’enseignement des adultes est régie par les textes ci-dessous :

  • Décret 196/2005, soulignant le caractère d’apprentissage permanent de l’éducation des adultes ;
  • Arrêté d’août 2007, règlementant et fixant les objectifs de la formation de base des adultes en Andalousie ;
  • Arrêté de septembre 2007, règlementant l’éducation non formelle des adultes ;
  • Décret 196/2005, stipulant que l’éducation des adultes doit assurer leur accès aux études supérieures et à la formation professionnelle tout en tenant compte des besoins spécifiques des groupes défavorisés.

Chaque plan d’éducation est conçu en tenant compte de cette règlementation ainsi que des caractéristiques des apprenants. Les programmes d’enseignement doivent également refléter les besoins en développement socio-éducatif de la population adulte de Poligono Sur.

Les matières suivantes ont été retenues dans le cadre du programme d’enseignement :

  • Estime de soi et conscience personnelle ;
  • Autonomisation de la communauté ;
  • Mixité et égalité entre les hommes et les femmes ;
  • Accès aux TIC ;
  • Travail, développement personnel et entrepreneuriat social ;
  • Protection de l’environnement et développement durable ;
  • Vieillissement actif ;
  • Habitudes hygiéniques tout au long de la vie ;
  • Développement de la prise d’initiatives et de l’esprit critique chez les jeunes.

La diversité des apprenants requiert un matériel pédagogique adapté à la fois aux besoins des élèves et des encadreurs et utilisable dans une salle de classe classique. Le programme conçoit ses propres unités d’enseignement et utilise des méthodes centrées sur des projets précis tout en s’appuyant sur une interaction intense avec les apprenants. Il utilise des œuvres d’auteurs classiques pour ses cercles littéraires basés sur le dialogue.

Des professionnels issus des différentes équipes d’enseignement participent à la conception et à la création des supports d’enseignement. Depuis plusieurs années, des équipes du centre de formation des enseignants de Séville (géré par le gouvernement régional d’Andalousie) conçoivent des supports innovants, que le centre adapte aux besoins des différents apprenants. Le centre collabore également avec les universités de Séville (Université de Séville et Université Pablo de Olavide) dans le cadre de projets destinés aux étudiants du supérieur. Cela permet aux étudiants et au corps professoral de travailler ensemble pour développer de nouveaux supports et méthodes d’enseignement.

Recrutement et formation des animateurs

Les animateurs sont tous des enseignants pris en charge par l’enseignement public. Chaque animateur encadre un groupe d’environ 20 apprenants. L’école participe au CEP, une institution publique pour le développement professionnel continu des enseignants. Le personnel du centre bénéficie des conseils du Centre de formation des enseignants du public en matière de développement des contenus de la formation en interne.

Le centre dispose de son propre programme de formation annuel, dispensé en début d’année au nouveau personnel enseignant. Lors de ces sessions, les enseignants se familiarisent avec leur futur domaine d’intervention, les services disponibles, les institutions travaillant dans ces zones et les fonctions des différentes agences qu’ils auront à rencontrer. Les enseignants de Poligono Sur doivent tous se connaitre et être disposés à partager leurs expériences, difficultés, réalisations et objectifs. Pour la formation des enseignants, le centre met l’accent sur les points suivants :

  • Encadrement et orientation (notamment l’estime de soi, l’orientation personnelle et sociale des apprenants, la coordination avec les services sociaux et d’autres entités, ainsi que la dynamique de groupe et la cohésion communautaire) ;
  • Approches novatrices de l’apprentissage permanent (notamment la recherche et la conception de supports pédagogiques) ;
  • Usage des nouvelles technologies à des fins pédagogiques et sociales ;
  • Renforcement de la cohésion et du développement communautaires ;
  • Stratégies et outils d’évaluation du centre et de son programme.

Les apprenants

Le programme est ouvert à l’ensemble de la population de Poligono Sur, sans distinction d’âge ou d’origine. Chaque classe compte en moyenne 20 apprenants. Pour recruter des apprenants, il implique activement les communautés, organise des campagnes de sensibilisation et collabore avec les travailleurs sociaux, les associations locales et les institutions pénitentiaires.

En raison de leurs origines ethniques ou culturelles, la plupart des apprenants viennent de milieux défavorisés. La plupart des apprenants du centre présentent tout ou partie des caractéristiques suivantes :

  • Écart considérable entre le niveau d’études réel de l’apprenant et celui pour lequel il s’inscrit. Cet écart résulte en général de l’abandon scolaire précoce.
  • Difficultés à s’intégrer à l’école en raison du désavantage socioculturel ;
  • Fréquentation scolaire irrégulière ;li>
  • Compétences limitées dans la langue d’instruction (chez les immigrés et les réfugiés) ;
  • Analphabétisme et problèmes d’assiduité, surtout chez les Roms à cause de leurs spécificités culturelles et de leur structure familiale ;
  • Faible niveau d’études, notamment pour les compétences relatives à l’approche « apprendre à apprendre », et manque de confiance chez les apprenants adultes.

Le centre existe depuis 33 ans. À ses débuts, il recrutait 100 apprenants par an. Ces huit dernières années, avec le développement de nouveaux programmes éducatifs, le nombre d’apprenants a atteint en moyenne 600 par an.

Le centre reçoit également des jeunes n’ayant pas pu achever le cycle d’enseignement secondaire et leur permet d’obtenir la formation et les qualifications requises pour trouver un emploi. Les immigrés et les Roms ont fortement besoin de ce type de formation.

En gros, tous les apprenants du centre se retrouvent dans l’une des catégories suivantes :

  • Jeunes de 18 à 24 ans (et certains jeunes de 16 ans, sur autorisation de l’Office régional de l’éducation, de la culture et du sport de Séville) qui n’ont pas réussi à l’école et manquent de compétences et d’estime personnelle ;
  • Femmes de 25 à 45 ans n’ayant pas pu achever leurs études et qui ont besoin d’améliorer leurs compétences sociales et professionnelles ;
  • Femmes et hommes de 45 à 60 ans ou plus qui ne sont pas à la recherche de qualifications mais estiment que l’éducation leur servira dans d’autres sphères ;
  • Femmes de plus de 65 ans poursuivant l’apprentissage pour rester actives.

Image

Évaluation des apprenants

Les apprenants subissent une évaluation continue, faite d’un entretien initial et d’un examen pour d’évaluer leur niveau de compétences et, par la suite, d’examens trimestriels.

Leurs progrès sont sanctionnés par un certificat. Ce document délivré par le centre est reconnu par le gouvernement régional andalou.

Utilisation des TIC

La plupart des habitants de Poligono Sur ne disposent pas d’ordinateurs, ni d’accès Internet à domicile. D’où, la nécessité d’une formation complémentaire en informatique. Le centre initie les apprenants à l’informatique, puis leur propose des ateliers d’informatique avancée.

Le centre inclut les nouvelles technologies dans l’élaboration de tous ses programmes éducatifs. Concernant les TIC, il propose les activités suivantes :p>

  • Journal numérique, AdultoSur, rédigé par et pour les apprenants ;
  • Création d’un blog (adultosur.blogspot.com) dans lequel les apprenants présentent les activités du centre, parlent de l’actualité locale et de tout sujet qu’ils jugent important ;
  • Création d’une page Facebook qui sert de point de rencontre pour toute la communauté éducative de la région.

Suivi et évaluation

Le processus d’évaluation comporte trois étapes : diagnostic, analyse et évaluation continues et propositions d’amélioration.

D’abord, le centre évalue les priorités des communautés locales en étroite collaboration avec les autres agences de la région intervenant dans le domaine social. L’évaluation initiale sert de base pour déterminer les besoins et attentes du groupe. Par la suite, le programme fait l’objet d’une évaluation continue portant sur les résultats des apprenants, le processus d’enseignement/apprentissage et les attentes et performances de la communauté.

L’équipe d’évaluation du centre a élaboré divers outils d’évaluation participative des aspects sociaux et éducatifs du programme. Ces outils génèrent des propositions d’amélioration, qui serviront de point de départ pour l’année académique suivante. Une auto-évaluation est menée à la fin du programme. Les propositions d’amélioration pour l’année académique suivante sont résumées dans un rapport.

Impact

Le programme a enregistré les résultats positifs suivants :

Action en direction des groupes menacés d’exclusion sociale

Le programme a permis la création d’un espace éducatif et une meilleure cohésion communautaire dans la zone la plus défavorisée de la région. Il a également créé des activités culturelles et récréatives stimulantes qui impliquent les membres de la communauté. Le programme de sécurité routière du centre a permis à environ 600 personnes d’obtenir le permis de conduire. Le pourcentage des étudiants qui réussissent au test de conduite avoisine les 95%.

Action en direction des jeunes déscolarisés

Le programme a obtenu les résultats suivants :

  • Augmentation du nombre de jeunes qui retournent à l’école ;
  • Création d’une atmosphère favorable et motivante dans la classe, ce qui encourage la transition et l’adaptation des apprenants ;
  • Taux de réussite élevé : 80% des apprenants obtiennent une qualification. En outre, 40% des apprenants poursuivent leurs études à différents niveaux ;
  • Renforcement de la confiance en soi et développement des aptitudes personnelles et sociales des apprenants ;
  • Développement de la prise d’initiatives et de l’autonomie des apprenants grâce à l’Association des élèves, qui constitue une activité de loisir alternative pour les jeunes du quartier ;
  • Autonomisation des jeunes dont les études ont été entravées par une stigmatisation d’ordre culturel et social ;
  • Meilleure compréhension intergénérationnelle qui a permis d’éliminer les préjugés mutuels.

Éducation à la citoyenne active

Les causeries sur la musique et la littérature ont donné les résultats suivants :

  • Sessions d’échange sur l’éducation des adultes tenues à l’Hôtel de ville de Séville, avec des causeries animées par des apprenantes (année académique 2006–2007) ;
  • Organisation à Poligono Sur de la Vème Conférence nationale des causeries sur la littérature et la musique, avec la participation de plus de 400 personnes venant d’associations, d’organisations et d’institutions éducatives de l’ensemble du pays (année académique 2008–2009) ;
  • Causeries et discours annuels animés par les femmes d’âge avancé à l’Université Pablo de Olavide.

La troupe théâtrale a obtenu les résultats positifs suivants :

  • Présentation de la pièce de théâtre Un patio de locos (Un patio de fous), écrite par une apprenante et jouée à plusieurs occasions ;
  • Présentation de la pièce de théâtre Historias de nuestra juventud (Histoires de notre jeunesse), qui met en scène la vie du quartier, ses habitants et leurs valeurs, ainsi que la stigmatisation et les préjugés que rencontrent beaucoup d’habitants de Poligono Sur ;
  • Présentation de la pièce de théâtre No creerse la mitad (N’en croyez pas un seul mot), qui jette un regard sur la mauvaise image du quartier véhiculée par les médias ;
  • Présentation de la pièce de théâtre Y la historia se repite (L’histoire se répète), située dans les années 40 et 50, qui fait un parallèle avec la situation économique actuelle.

Éducation pour l’entreprise sociale et économique

Le programme a obtenu les résultats suivants :

  • Octroi de terres pour lancer le projet de jardinage communautaire ;
  • Affectation judicieuse des tâches de formation et de gestion aux enseignants, en fonction du groupe d’apprenants et du cadre d’enseignement ;
  • Conception de projets prenant en charge les besoins locaux en infrastructures, en matière d’adaptation de la terre, d’équipements et d’irrigation ;
  • Création d’espaces pour les besoins pratiques du projet, notamment les rencontres, le stockage, etc. ;
  • Création d’un plan d’éducation non formelle pour accompagner l’exploitation entrepreneuriale des jardins communautaires ;
  • Création d’une association des apprenants et des riverains (Verdes del Sur) ;
  • Création d’associations de développement communautaire, notamment l’association des apprenants et des jeunes La Unión, l’association culturelle El Esqueleto, l’association des plus de 65 ans Decididas a crear et Verdes del Sur.

Image

Défis

Le programme a dû faire face à de nombreux défis, dont les suivants :

  • Mauvaises conditions de vie dans le quartier, notamment des espaces publics délabrés et mal utilisés, accès insuffisant au transport, défaut d’entretien des espaces verts et des aires de loisir, constructions illégales (structures fixées au rez-de-chaussée des habitations) et services publics déficients (traitement des eaux usées, services postaux, électricité, boîtes postales, téléphones publics, etc.) ;
  • Insécurité élevée, avec vols et cambriolages, actes de vandalisme, menaces contre proches et voisins, insécurité routière, etc. ;
  • Taux élevés de d’abandon scolaire qui fluctuent entre 40 et 60%, selon la période de l’année ;
  • Conditions d’hygiène précaires, avec un taux de mortalité 1,4 fois supérieur à la moyenne nationale (deux fois la moyenne pour les maladies infectieuses) ;
  • Taux de chômage trois fois supérieur à la moyenne nationale et deux fois supérieur au taux global de Séville ;
  • Proportion très importante (83%) d’emplois précaires. Dans des zones telles que Murillo ou Martínez Montañés, la quasi-totalité des travailleurs sont confrontés à ce type d’emploi ;
  • Manque d’employabilité de la population : 93 % des travailleurs n’ont pas subi de formation professionnelle ;
  • Faible niveau d’industrialisation du quartier, les zones industrielles se trouvant au sud de la ville.

Leçons apprises

Face à tous ces défis, le centre doit étendre son domaine d’intervention au lieu de se limiter à offrir des opportunités d’études à ses communautés cibles. Il doit s’impliquer dans la transformation sociale. Il ne suffit pas d’enseigner aux populations à lire et à écrire – il convient de mettre à leur disposition des espaces leur permettant d’apprendre à réfléchir, pour devenir les acteurs principaux de leur apprentissage et du changement social. Le centre envisage d’élargir le programme d’enseignement des adultes pour créer des contenus susceptibles de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations locales. Pour ce faire, il convient d’améliorer l’environnement social et physique et d’habiliter les populations à transformer elles-mêmes leur quartier. Ne disposant que de 12 enseignants, en dépit du nombre croissant d’apprenants, le centre ne peut pas réaliser ce projet à lui seul. Il entend développer ses réseaux en collaborant avec différentes agences sociales pour élaborer un plan d’action conjoint pour l’emploi et la formation des résidents du quartier. Ne faisant pas partie du système éducatif obligatoire, le programme dispose de ressources limitées, notamment en termes de personnel enseignant. D’où, la nécessité d’étendre son réseau et ses partenariats à d’autres agences intervenant à Poligono Sur.

Pérennité

Le programme assure sa promotion de diverses manières. Dans le cadre de ses campagnes éducatives et sociales dans les six quartiers, il visite d’autres centres et institutions, distribue des prospectus, organise des sessions d’information et de sensibilisation et utilise les médias locaux (journaux, télévisions, radios et sites Internet publics). Le gouvernement régional soutient le programme, favorisant ainsi sa pérennité. Le centre prévoit d’élaborer de nouveaux programmes dans les années à venir en distribuant les bourses offertes en 2014 par le ministère espagnol de l’Éducation et l’UNESCO.

Sources

Contact

Ana García Reina
Head Teacher
Bendición y Esperanza, No. 2 Sevilla 41013, Spain
Email: 41500384.edu (at) juntadeandalucia.es
Tel: +34 955656917
Website: http://www.juntadeandalucia.es/averroes/ceperpoligonosur/index/index.php
Blog: http://adultosur.blogspot.com.es/

For citation please use

U. Hanemann (Ed.).. Last update: 19 février 2018. El Trabajo En Red Como Proyecto Educativo (Le réseau comme projet éducatif), Espagne. UNESCO Institute for Lifelong Learning. (Accessed on: 27 November 2021, 18:51 CET)

PDF in Arabic

Related Documents