Accueil

Interview : « Le taux d’alphabétisme en Afghanistan a augmenté de 43 pour cent »

16 mars 2020

L’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL) apporte son soutien au gouvernement afghan depuis 2012 dans le but d’améliorer les compétences en lecture, en écriture et en calcul de quelque 1,2 million de personnes. Actuellement, avec le soutien technique du bureau de l’UNESCO à Kaboul et de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL), le ministère de l’Éducation afghan focalise ses activités sur le renforcement des capacités et l’amélioration de la qualité de l’éducation de base et de l’alphabétisation à destination des jeunes et des adultes. L’UIL fournit des conseils concernant la politique et la planification, la conception et le développement de curriculums, la formation des éducateurs d’adultes et des facilitateurs en alphabétisation, le suivi et la gestion de l’information, et le contrôle de la qualité.

Mohammad Yasin Samim, conseiller technique principal au ministère de l’Éducation afghan, explique la situation actuelle concernant l’alphabétisation des jeunes et des adultes dans son pays et s’exprime sur les défis, les solutions possibles et les actions futures.

Quelle est la situation actuelle de l’alphabétisation et de l’éducation de base à destination des jeunes et des adultes en Afghanistan ?

L’Afghanistan compte actuellement plus de dix millions de jeunes et d’adultes analphabètes. Toutefois, depuis 2016, le pays a accompli des progrès importants. Tandis que le taux d’alphabétisme s’élevait à 34,8 pour cent en 2016/17, l’Institut de statistique de l’UNESCO confirme qu’il atteint à présent les 43 pour cent ; une remarquable augmentation de huit pour cent. En outre, le taux d’alphabétisme des jeunes de 15 à 24 ans s’est considérablement accru et s’élève maintenant à 65 pour cent.

Malgré ces résultats, toutefois, il reste des défis de taille à relever, et un grand nombre de personnes sont encore analphabètes et n’ont pas l’occasion de suivre des formations continues dans notre pays. Par ailleurs, Il existe encore un fossé considérable entre les sexes : le taux d’alphabétisme des hommes s’élève à 55 pour cent, celui des femmes à 29,8 pour cent seulement.

 

 

Quels sont les grands défis que l’Afghanistan doit relever pour réaliser l’alphabétisation universelle ?

Sur la base des analyses que nous avons effectuées pour planifier la stratégie au sein de notre ministère, nous avons constaté que les principaux défis résident dans  l’absence de financements, la faible capacité organisationnelle aux niveaux central, provincial et des districts, les facteurs d’insécurité et socio-économiques comme la parité, et les barrières socioculturelles qui empêchent les adultes plus âgés, notamment les femmes, de s’instruire.

En 2018, l’UIL a signé un accord de coopération avec le bureau de l’UNESCO à Kaboul pour mener un projet à grande échelle en vue d’améliorer le système de l’éducation afghan ; il s’intitulait « Améliorer les systèmes d’éducation pour le futur de l’Afghanistan (BESAF-Better Education Systems for Afghanistan’s Future). Comment y parvenez-vous ?

L’UNESCO est la partenaire stratégique du ministère afghan de l’Éducation depuis 2001. Elle apporte son soutien en matière de coordination politique et de gestion des fonds, et crée des capacités techniques dans des domaines comme les curriculums et la formation des enseignants. Le projet BESAF, prévu pour durer trois ans et financé par la Suède, permet à l’UIL et à l’UNESCO de collaborer avec le ministre adjoint de l’Éducation pour développer la stratégie nationale d’éducation de base des jeunes et des adultes, mener une enquête nationale d’évaluation, développer un programme d’éducation de base pour les jeunes et les adultes, et professionnaliser la formation des enseignants.

Comment profitez-vous du soutien de l’UIL ?

L’UIL collecte et diffuse des études de cas sur les meilleures pratiques et des expériences menées dans le monde entier, y compris dans la région, ce qui est extrêmement précieux pour le ministère afghan de l’Éducation et lui permet de poursuivre sa stratégie de développement, son évaluation nationale ainsi que la formation des enseignants et l’élaboration de curriculums. Nous continuerons de nécessiter l’expertise de l’UIL qui nous aide en nous donnant des conseils et des avis, et en partageant les ressources dont nous avons besoin dans ces domaines.

Les partenariats que nous entretenons avec des organismes comme l’UNESCO, l’UIL, etc. nous sont très utiles, car ils nous donnent l’occasion de tirer des enseignements d’expériences internationales et régionales, et de nous tenir au courant des évolutions récentes dans le secteur.

Quelle vision de l’alphabétisation avez-vous pour l’Afghanistan de 2030 ?

Nous avons la vision qu’en 2030, tous les jeunes et un pourcentage considérable d’hommes et de femmes adultes bénéficieront d’un accès équitable à des offres d’alphabétisation et d’éducation de base qui leur permettront de prendre une part active à la vie de la société, au marché et aux objectifs globaux de développement du pays.

Case studies

Related Document

Related Content