Accueil

Mantes-la-Jolie, France - membre du Réseau mondial UNESCO des villes apprenantes

4 mars 2020

Mantes-la-Jolie est située à 50 km à l’est de Paris, aux abords d’un parc régional. Elle fait partie du Réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO avec pour ambition de développer l’apprentissage tout au long de la vie pour tous. Dans notre interview, le Maire Raphaël Cognet et Pierre Bédier, Président du Conseil départemental des Yvelines, expliquent comment fonctionne sa ville d'apprentissage.

Qu'est-ce qu'une ville apprenante pour vous?

Une ville apprenante, c’est un vaste programme de développement territorial qui porte une ambition principale : permettre aux habitants d’apprendre tout au long de leur vie, des choses qui leur sont / seront nécessaires pour être acteur à part entière des processus qui déterminent leur vie (choix des études, insertion pro, lieu de résidence…) mais également aux processus qui déterminent la vie collective.

Une ville apprenante, c’est un outil, pour rendre concrète une vision : celle selon laquelle l’émancipation des individus est possible grâce à l’acquisition de savoirs.

Que faut-il faire pour bâtir une ville apprenante?

Rendre concrète la démarche et insister sur le fait que c’est un projet à long terme.

La ville apprenante reste un concept encore assez méconnu, surtout en France, où « seulement » 4 villes sont membres du réseau UNESCO des villes apprenantes. La première étape donc pour bâtir une ville apprenante, c’est d’être convaincue et de réussir à convaincre les principales parties-prenantes des bénéfices, d’un tel pari. D’autant plus que ces bénéfices et résultats ne sont palpables qu’à long terme.

A Mantes-la-Jolie, pour rendre la démarche concrète, nous avons construit un plan d’action faisant le parallèle entre caractéristiques clés de l’UNESCO et actions locales. Pour montrer des exemples concrets de ce que l’on savait déjà faire sous le format « ville apprenante » et donc valoriser l’existant et par la même occasion, pour nous guider et nous aider à planifier les nouvelles actions.

Mobiliser l’intelligence collective : construire des collectifs de réflexion et de travail pour planifier le développement de la Ville apprenante.

Il faut pouvoir s’appuyer sur de forts soutiens, en particulier politiques, et également de nombreux partenaires car la ville apprenante c’est aussi adapter le fonctionnement des organisations, ne plus travailler en silo, mais  mobiliser le plus possible l’intelligence collective afin de concevoir des actions et politiques publiques qui soient les plus adaptées aux besoins des citoyens, en croisant les regards de professionnels de l’éducation, de la fonction publique territoriale et même d’habitants / usagers. A Mantes-la-Jolie, ce travail de co-construction s’effectue principalement avec les services de l’Education nationale, du Conseil départemental des Yvelines ou encore avec les associations locales. Différents ateliers de travail sont organisés afin de co-construire la ville apprenante.

UNESCO learning city Mantes-la-Jolie

Comment rendre une ville apprenante équitable, inclusive et durable ?

Pour rendre une ville apprenante équitable, inclusive et durable il faut déjà commencer par un diagnostic. C’est en identifiant par des éléments objectifs les « ruptures d’égalités » que l’on peut mettre en place des politiques équitables et inclusives. On peut ainsi s’attaquer aux niveaux de décrochages (économique, développement urbain, conditions de vie, accès aux transports, insertion professionnelle) les plus importants sachant qu’en complément, la Ville apprenante poursuit l’objectif d’augmenter les « capabilités » des individus donc leurs capacités d’agir dans différents contextes.

Concernant l’inclusion, il faut vraiment parvenir à transformer les modes de fonctionnements de nos organisations classiques, qui aujourd’hui s’inscrivent beaucoup plus dans des logiques d’intégration et donc de considérer qu’il y a une norme vers laquelle les individus doivent tendre. Notre inscription dans la ville apprenante nécessite donc de conduire le changement pour introduire plus de souplesse dans  nos organisations.

Quelles sont les principales priorités dans une ville apprenante ?

Une Ville apprenante c’est un territoire qui décide que le capital humain de sa population est une priorité absolue. Que ce capital humain est déterminant pour faire face aux différents défis et mutations que les individus et les organisations peuvent avoir à surmonter. Une Ville apprenante considère que l’évolution positive du capital humain est la clé d’un développement global (économique, culturel et social) et durable. Pour cela ces villes investissent massivement en direction de l’éducation mais aussi de l’accès aux différentes formes de savoirs car la force d’une ville apprenante c’est également de reconnaitre et de consacrer toutes les formes d’apprentissage (y compris non formelles et informelles).

Quels sont les principaux défis pour une ville apprenante ?

La ville apprenante, place la question de l’éducation et plus globalement de l’accès au savoir, au cœur de ses politiques publiques, mais il ne s’agit pas uniquement de cela. Il suffit de regarder les caractéristiques clés des villes apprenantes pour voir que c’est une approche holistique qui va permettre d’augmenter le niveau de qualifications des populations, de stimuler le développement des territoires grâce aux apprentissages, tout cela dans des environnements où les infrastructures sont améliorées pour servir le développement humain.

L’un des défis majeurs pour une ville apprenante est de s’inscrire sur le long terme, donc de permettre aux pratiques innovantes qu’elle entraine dans son sillage d’être inscrites de manière pérenne dans le fonctionnement des organisations.

 

Le Réseau mondial UNESCO des villes apprenantes est un réseau d’envergure internationale axé sur les politiques, comprenant actuellement 173 villes membres actifs dans 55 pays, qui fournit inspiration, savoir-faire et bonnes pratiques. Il est coordonné par l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie

 

Photos : Ville de Mantes-la-Jolie

Case studies

Related Document

Related Content