Home

Comment EdDevTrust a relevé le défi de l'éducation des réfugiés au Liban en formant des enseignants réfugiés à l'enseignement

EdDevTrust

© Diana Deeb Atallah
16 September 2022
Selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le Liban accueille toujours plus de 1,5 million de réfugiés de la République arabe syrienne et d'ailleurs, soit le plus grand nombre de réfugiés par habitant de tous les pays du monde. Par conséquent, le pays s'appuie sur des solutions viables pour garantir l'accès des réfugiés aux services de base tels que la santé, le logement et l'éducation.
 
En ce qui concerne ce dernier point, une organisation caritative basée au Royaume-Uni, l'Education Development Trust (EdDevTrust), a développé un programme innovant pour éduquer les enfants réfugiés. Son cours d'anglais pour les enseignants réfugiés (ELCRT) offre une formation aux enseignants, qui sont eux-mêmes réfugiés, afin qu'ils puissent enseigner aux enfants réfugiés l'anglais, le calcul et les sciences, en utilisant l'anglais comme principale langue d'enseignement.
 

Cette initiative remarquable est l'une des études de cas de bonnes pratiques présentées dans une publication à venir de l'Institut de l'UNESCO pour l'apprentissage tout au long de la vie (UIL), De la radio à l'intelligence artificielle : Examen des technologies innovantes en matière d'alphabétisation et d'éducation des réfugiés, des migrants et des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays.  

Omran Al Sarhan, un enseignant de 31 ans originaire de la République arabe syrienne, est l'un des bénéficiaires du programme ELCRT, qui lui a donné la confiance nécessaire pour parler anglais. « Ma vie a changé pour le mieux depuis que j'ai commencé le cours. Il m'a permis d'utiliser la langue sans hésitation ni crainte. J'ai beaucoup appris des enseignants-formateurs – ils nous ont motivés à parler et à exprimer nos opinions. J'ai également reçu un soutien continu de la part de mon professeur, même en dehors des heures de cours, répondant à toutes les questions que je me posais. »
 

En collaboration avec plusieurs ONG partenaires dans le pays, le programme ELCRT d'EdDevTrust offre une formation aux enseignants tels que M. Al Sarha, qui sont eux-mêmes des réfugiés syriens, afin qu'ils puissent enseigner aux enfants réfugiés l'anglais, le calcul et les sciences, en utilisant l'anglais comme principale langue d'enseignement, et les préparer à s'inscrire dans le système scolaire libanais. Convaincus que « la vie de chacun peut être transformée par une excellente éducation », EdDevTrust et ses partenaires ont développé l'ELCRT pour qu'il serve de modèle à d'autres ONG qui le reproduiraient auprès des populations réfugiées dans le monde entier.  

Relever les défis  

Les apprenants inscrits au programme ELCRT sont des enseignants qui souhaitent améliorer leurs compétences pédagogiques et sont identifiés et sélectionnés par EdDevTrust en consultation avec ses ONG partenaires, Jusoor, Sawa for Development and Aid, Out of the Wilderness, Multi Aid Programs (MAPS) et Save the Children.  
 
De nombreux enseignants-apprenants qui s'inscrivent au programme n'ont que peu ou pas de connaissances en anglais. Le programme vise donc à renforcer les compétences linguistiques tout en fournissant un enseignement sur les techniques pédagogiques. Les apprenants doivent également relever le défi de jongler entre les responsabilités du cours et l'enseignement de leurs propres classes dans tout le pays, parfois dans des zones très reculées. Ce défi a été accentué par l'apparition de la pandémie de COVID-19 : pour l'année académique 2019/20, par exemple, seuls 88 des 106 enseignants-apprenants qui s'étaient inscrits au programme ELCRT ont réussi à le terminer.   
 

Le programme 

« Nous veillons à ne pas recruter uniquement des enseignants à même, par exemple, d’enseigner l'anglais, mais qui ont la capacité de démontrer des stratégies d'enseignement modélisantes, ce qui distingue ce programme. »
Diana Deeb Atallah, formatrice certifiée et consultante en éducation, EdDevTrust
 

Les formateurs d'enseignants basés au Liban sont recrutés par EdDevTrust et doivent avoir obtenu une licence en éducation ou en anglais et, de préférence, une certification complémentaire, telle que le certificat d'enseignement de l'anglais aux adultes (CELTA). Ils bénéficient également d'un soutien supplémentaire de la part d'EdDevTrust par le biais de conférences et de cours en ligne sur les compétences pédagogiques, en particulier pour l'enseignement de l'anglais aux adultes, et l'enseignement de l'anglais en tant que deuxième langue.   

« En tant qu'enseignants, nous ne nous contentons pas de dispenser le programme, mais nous observons, mesurons et évaluons l'impact en permanence afin d'affiner nos propres compétences et de nous assurer que nos programmes sont fondés sur des éléments probants et des recherches. Ce faisant, les niveaux d'engagement des étudiants sont très élevés. Nous nous formons également beaucoup : nous faisons appel à des experts et assistons à diverses conférences sur des sujets variés allant au-delà de l'enseignement de l'anglais, tels que la diversité et l'inclusion, la formation en matière de santé et de sécurité, etc. »
Diana Deeb Atallah, formatrice certifiée et conseillère pédagogique chez EdDevTrust
 

Pour améliorer l'expérience d'apprentissage à distance, l'ELCRT a également utilisé des outils TIC largement disponibles et familiers, sélectionnés en fonction de leur accessibilité et de leur connectivité en termes de bande passante et de prix. Les groupes WhatsApp sont apparus comme un outil essentiel, car la plupart des apprenants étaient déjà familiarisés avec la plateforme et les enseignants ont pu communiquer directement avec les apprenants pour leur envoyer des devoirs et des corrections. Les enseignants ont également été en mesure de mieux interagir avec les apprenants et de les encourager à pratiquer leur anglais en utilisant une combinaison de messages écrits et vocaux, d'images et de clips vidéo (par exemple, les apprenants se voyaient poser une question sur le chat de groupe, à laquelle ils répondaient en s'enregistrant et en soumettant leur réponse).  

Omran Al Sarhan était très motivé pour aider les enfants à obtenir leur droit à l'éducation et ne s'est pas laissé déconcerter par la pandémie. S'il a trouvé que la transition vers l'apprentissage en ligne était un défi, notamment en raison du manque de fiabilité de l'électricité et de la connexion Internet, il reconnaît le pouvoir de la technologie, notant que « la COVID-19 a eu un impact énorme sur le processus d'apprentissage, notamment en raison de la transition de l'apprentissage hors ligne à l'apprentissage en ligne. Mais la technologie, hormis les problèmes d'électricité et d'Internet, a permis à un large éventail de personnes d'accéder aux cours. Elle a également facilité la communication avec les autres personnes ». 

« Lorsqu'ils enseignent en ligne, les enseignants doivent impérativement posséder une certaine culture technologique. Nous devons également faire preuve de créativité dans notre approche de l'apprentissage lorsque nous passons du texte à Internet. Les instructions doivent être claires, concises et correctes, car il n'est pas possible d'assimiler autant d'informations que dans une classe en face à face. Lorsque nous enseignons en ligne, nous devons aiguiser nos compétences en matière de gestion du temps et de résolution de problèmes pour garantir l'engagement des élèves. » dit Jessy Matta, enseignante-formatrice.

Parmi les autres défis auxquels les enseignants-formateurs ont été confrontés, citons le fait que les enseignants-apprenants n'ont pas accès à une technologie adéquate pour permettre aux étudiants d'apprendre. Nous avons rencontré de nombreux problèmes liés au fait que les étudiants n'avaient pas accès à l'électricité pour charger les nombreux appareils numériques dont ils avaient besoin pour suivre le cours », explique Mme Matta. « Pour y remédier, nous avons conçu nos cours en utilisant des appareils mobiles, car presque tous les étudiants ont accès à un téléphone portable. Nous avons ensuite dû adapter les programmes aux mobiles, ce qui a représenté un autre défi. » L'ELCRT a également aidé les étudiants à payer les frais d'utilisation d'Internet. 

Modèle d'apprentissage

Le programme de l'ELCRT offre aux apprenants 30 heures d'enseignement, réparties en 20 séances de 90 minutes chacune, avec des cours tels que « Alphabétisation et compétences numériques dans un contexte multilingue », « Alphabétisation pour l'intégration sociale, culturelle et économique » et « Enseignement professionnel ». Ils apprennent des stratégies d'enseignement et des approches pédagogiques que les enseignants-apprenants peuvent utiliser dans leurs propres classes, tout en améliorant simultanément leurs compétences en anglais. Chaque groupe d'apprenants se voit confier un travail hebdomadaire nécessitant environ 10 heures de travail par séance. Une fois le cours terminé avec succès, les apprenants reçoivent un certificat officiel, attestant de leurs compétences linguistiques. 
 
Les apprenants sont guidés dans l'application de l'approche de la classe inversée (par laquelle des vidéos, des présentations PowerPoint ou autres sont envoyées aux participants avant la leçon pour être discutées pendant la séance) et de l'enseignement basé sur des présentations. Grâce à des techniques d'apprentissage mixte combinant l'enseignement en personne et virtuel, les apprenants apprennent à utiliser la technologie comme outil d'enseignement. Les apprenants auxquels la  technologie n’est pas familière au départ développent leurs propres compétences numériques tout en apprenant à intégrer ces outils dans leurs cours. 
 

L'impact  

Au cours de l'année scolaire 2019/20, 88 enseignants-apprenants ont participé au programme, issus de 15 écoles différentes qui enseignent à 1 500 enfants. Grâce à une solide collecte de données et à une évaluation interne au cours de la période d'évaluation de 2018/19 et à des observations vérifiées par EdDevTrust, il est apparu que les enseignants-apprenants avaient déclaré utiliser l'anglais plus fréquemment dans leurs cours. Cela a en outre permis à leurs propres élèves de mieux comprendre l'anglais et de l'utiliser davantage. Soulignant le succès du programme, Mme Deeb Atallah a déclaré qu'EdDevTrust « avait mené une enquête de fin de programme et avait été stupéfait de recevoir les meilleurs résultats de satisfaction et taux de réponse des enseignants en quatre ans, ce qui témoignait du succès du cours en ligne. » 
 
En outre, la plupart des enseignants-apprenants ont déclaré que leur formation les avait correctement préparés à mettre en œuvre le programme, les données autodéclarées indiquant que 95 % des participants étaient satisfaits de la qualité du développement professionnel fourni, et 98 % des participants ont estimé que le cours avait amélioré leur confiance en matière d'écoute et d'expression orale. Fait remarquable, 100 % des participants ont signalé une amélioration du niveau d'anglais utilisé dans leurs classes.  
 
Un chef de projet senior d'EdDevTrust a également souligné que « dans les salles de classe improvisées du Liban, où le système public est à bout de souffle, les écoles alternatives sont florissantes et la volonté d'apprendre – et d'enseigner – est tout aussi forte. Nos cours de langue pour enseignants, adaptés aux besoins des enseignants travaillant dans l'éducation non formelle, dont beaucoup sont eux-mêmes des réfugiés, sont accueillis à bras ouverts. Les enseignants veulent poursuivre leur mission d'enseignement, ils veulent contribuer à ouvrir une voie pour sortir de la situation dans laquelle ils se trouvent et ils veulent s'assurer que les générations ne se perdent pas. »
 
Bien qu'EdDevTrust ait signalé que la collecte de données pendant la pandémie s'était avérée difficile, sur la base des rapports précédents, il est néanmoins clair que le programme a le potentiel d'avoir un fort impact éducatif et social au Liban et au-delà.  

 

Informations complémentaires

 

Case studies

Related Document

Related Content